Giverny | International Festival of musique de chambre

Posted in Cultural

Giverny | International Festival of musique de chambre
International Festival of musique de chambre
Contact presse
Delphine Debord
Phone : 33 (0)6 17 26 12 16
Email
Email
Web site

Concerts du 17 au 27 août 2017

14ème édition

“Musique en révolution“ et “La route de la soie“.

Cette année, Franghiz Ali-Zadeh, compositrice d’Azerbaïdjan qui a travaillé avec Yo Yo Ma
mais aussi qui a composé pour le Kronos Quartet, a accepté l’invitation et a composé une pièce pour Giverny,
au titre provisoire évocateur :
“Nymphéas = les nuages”
pour violoncelle principal, flûte, 2 violons et 1 alto.
Elle sera créée le dimanche 20 août au musée des impressionnismes
Avec la participation de Agathe Keller et Laurent Mazliak, mathématiciens.

 

strauss_michel2Nous serions-nous fourvoyés cette année en choisissant des thématiques qui pourraient apparaître comme complexes ou décousues ou, au contraire, serions-nous dans la bonne direction en osant aborder l’art musical et la création artistique en général comme faisant partie d’une démarche révolutionnaire, novatrice et décidément fondamentale dans l’évolution humaine ?
Bien sûr, 2017, c’est le centenaire de la révolution d’Octobre. Ce fut un vrai tremblement de terre politique, historique et même culturel, d’abord en URSS puis dans un monde bouleversé par la première guerre mondiale. Malevitch côtoie Marc Chagall d’un côté, Schönberg et Webern côtoient Debussy, Ravel ou même Saint- Saëns, Stravinski côtoie Glière… On part dans toutes les directions. De tous temps, l’Art a reflété et accompagné les grands bouleversements de la planète. Pour ce qui est de la musique, Beethoven est certainement “Le” compositeur révolutionnaire. Dans son écriture même, il innove, il bouleverse, il invente un langage. Il est le point d’ancrage des deux siècles qui vont lui succéder, que ce soit dans la forme, la musique symphonique, la musique de chambre. Charnière entre la période baroque et le romantisme, on doit à Haydn l’invention de la symphonie et du quatuor. Mais Beethoven amène ces formes à un degré de développement extraordinaire, avec une force d’invention, de cassure, de rupture probablement jamais dépassée depuis. Et ce n’est pas un hasard aujourd’hui si nous vous proposons d’ouvrir cette édition par des extraits de l’ “Ode à la Joie”, véritable “Symphonie- Monde”. Dans cette période ou le nationalisme étroit, la xénophobie, l’intolérance et le racisme montrent le bout de leur nez, leurs visages vils et agressifs, le message est ô combien significatif.
Des déportés du camp d’Auschwitz jouent une version de la 9ème symphonie au sein même du camp en 1944 (est-ce un signe de résistance ??) et ce n’est vraiment pas un point de détail ! Lénine écoute en boucle la sonate Appassionata du même Beethoven. C’est son œuvre fétiche.
Chostakovitch, lui, accompagne les grands bouleversements politiques avec enthousiasme, parfois aussi avec réticence et crainte, mais c’est un des principaux compositeurs russes de l’époque. Il écrit une symphonie pour le dixième anniversaire de la révolution d’Octobre. Sa 7ème symphonie est une ode à la défense de son pays et en particulier de Leningrad face à la barbarie nazie. Sa musique de chambre, en particulier ses quatuors, jalonnent sa vie et font indiscutablement penser aux quatuors de Beethoven. En raison de leurs parcours et engagements respectifs, nous avons choisi de ponctuer notre édition d’œuvres de ces deux compositeurs.

“Musique en révolution” c’est aussi Debussy, ce révolutionnaire de la forme, Ravel, magicien de la couleur, Messiaen avec son « Quatuor pour la fin du temps », écrit dans un stalag en 1941 et créé dans ce même camp. Oui, la forme est révolutionnaire et la fin du temps qui est bien sûr la fin de temps terrestre, n’est-elle pas aussi peut-être la fin du temps de la barbarie nazie ?

L’autre thématique proposée cette année sera ” La Route de la Soie ” pour le grand brassage des cultures des peuples traversés par cette route. Nous aurons le grand plaisir d’accueillir la compositrice d’Azerbaïdjan Franghiz Ali-Zadeh qui viendra nous présenter plusieurs de ses œuvres dont une spécialement écrite pour notre festival.
Aussi, nous vous proposerons deux versions de Shéhérazade, l’une de Rimsky-Korsakov, l’autre de Maurice Ravel. Bien sûr, Borodine nous accompagnera dans les “Steppes de l’Asie Centrale” et nous vous présenterons un quatuor du grand compositeur chinois d’aujourd’hui Tan Dun.

Nous continuerons enfin d’associer les sciences à notre festival, et deux conférences vous seront proposées. L’une sur les mathématiques franco-russes, les deux plus grandes écoles du monde dans ce domaine. L’autre sur la circulation des savoirs sur la route de la soie. Merci à Agathe Keller et Laurent Mazliak nos deux conférenciers pour leur collaboration.

Alors, il est temps de prendre nos tapis volants (persans bien sûr) et de nous suivre dans
notre route à nous que nous espérons riche et passionnante.

Michel Strauss
Août 2017

 


Les interprètes.

Interprètes seniors : Sharon Coste (soprano), Jean-Claude Vanden Eynden (piano), Nikita Boriso-Glebsky (violon), Michel Strauss (violoncelle),
Interprètes juniors :

  • Elina Buksha, Luka Ispir, Solenne Païdassi, Fedor Rudin, Aylen Pritchin, Julia Turnovsky,
  • (violons) ;
  • Xavier Jeannequin Vladimir Percevic, Kei Tojo, (altos) ;
  • Zlatomir Fung, , Won-Hae Lee, Lisa Strauss, Joris Van den Berg (violoncelles) ;
  • Corentin Aubry ; Swann van Rechem (percussions);
  • Marcel Cara (harpe)
  • Jean-Edouard Carlier (contrebasse)
  • Yun-Yang Lee (piano)
  • Claire Lairy (soprano)
  • Bogdan Sydorenko (clarinette)
  • Yechang Jung Hautbois

Avec l’aimable participation de Adriana Ferreira (flûte) et de Alexis Gilot (récitant)

 


 

LIEUX :

Musée des Impressionismes
99, rue Claude Monet
27620 Giverny
Eglise Sainte Radegonde de Giverny
80, rue Claude Monet
27620 Giverny
Eglise de Saint Pierre d’Autils
59, rue Puits
27950 Saint-Pierre d’Autils
Eglise de Notre Dame de l’Isle
Rue de l’église
27940 Notre Dame de l’Isle
Hôtel de ville de Vernon
Salle des mariages
Place Barrette
27200 Vernon

RÉSERVATIONS +33 (0)9 72 23 33 52 | www.musiqueagiverny.fr | www.fnac.com
Billets en pré-vente à l’Office de Tourisme des Portes de l’Eure
36, rue Carnot – 27200 VERNON – 02 32 51 39 60
Place Dufay – 27 120 PACY-SUR-EURE – 02 32 26 18 21
Rue Raymond Phelip – 27700 LES ANDELYS – 02 32 54 41 93
TARIFS :
Plein tarif 20 €
Tarif réduit (étudiants, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, groupes
de plus de 10 personnes) 12 €
PASS 5 CONCERTS* (cinq concerts au choix – tarif unique) 60 €
PASS FESTIVAL* (accès illimité à tous les concerts du festival 2012 – tarif unique) 110 €

* Dans la limite des places disponibles – Uniquement sur réservations auprès du Festival et sur place.

 


 

Jeudi 17 août 2017

20h00 Musée des impressionnismes Giverny “Ode à la Joie”
L.V. Beethoven (1770-1827)

  • L’Ode à la Joie, extrait de la Symphonie n°9 – Transcription Raphaël Bougy.
  • Trio avec piano n°5 en ré majeur opus 70 n°1, « Les Esprits »,
  • Allegro Assai, extrait du 4ème mouvement de la Symphonie n°9, transcription pour piano de Franz Liszt,
  • Trio avec clarinette en si bémol majeur, opus 11,

Vendredi 18 août 2017

20h00 Mairie de Vernon “Sur les Routes de la soie”

  • F. Ali-Zadeh : Quatuor à cordes « Mugam Sayagi ».
  • N. Rimski-Korsakov : Shéhérazade opus 35, mouvements 1 et 2 – Transcription pour cordes, flûte, clarinette et harpe, par Willy François, Simon Loiseleur, Corentin Boissier, et Audrey Cabarrou, classe de Cyrille Lehn
  • Tan Dun : Eight Colors pour quatuor à cordes.

+ Texte lu : Le livre des Merveilles, de Marco Polo

Samedi 19 août 2017

15h30 │Eglise de Giverny Giverny ” Le mythe et la musique”

  • M. Ravel : Introduction et allegro, pour harpe, flûte, clarinette et quatuor à cordes
  • M. de Falla : Psyché, pour voix, flûte, violon, violoncelle et harpe
  • C. Debussy : Danse sacrée et danse profane
  • O. Messiaen : Quatuor pour la fin du temps

20h00 │Musée des impressionnismes Giverny ” Au coeur des mille et une nuits”
Conférence : “Circulations scientifiques sur la route de la soie”, par Agathe Keller

  • L. Berio : Folk Songs, pour voix, flûte, clarinette, harpe, alto, violoncelle et percussions.
  • F. Ali-Zadeh : Reqs (Dance)
  • F. Amirov : Symphonie pour orchestre à cordes, à la mémoire du poète Nizami.
  • M. Ravel : Shéhérazade, sur des textes de Tristan Klingsor.

Dimanche 20 août 2017

15h30 │Musée des impressionnismes Giverny « Au bord de la Caspienne… »

  • A.Borodine : Dans les steppes d’Asie Centrale, transcription par Madoka Tsuruyama
  • R. Glière : Opéra Shakh-Senem, opus 69 – Transcription de l’Ouverture par Abel Saint Bris
  • F. Ali-Zadeh : CREATION pour violoncelle principal, flûte, 2 violons et un alto
  • A. Borodine : Danses polovtsiennes, arrangement pour clarinette, quatuor à cordes et piano par Stéphane Gassot, Camille Pépin et Harry Allouche A. Katchaturian : La danse du sabre

Mercredi 23 août 2017

20h00 │ Musée des impressionnismes « Soirée franco-russe »
Conférence scientifique : « Les mathématiciens russe dans l’émigration en France après 1917 » par Laurent Mazliak
Si les révolutions russes de 1917 marquent un moment fondateur du 20ème siècle, c’est aussi
parce qu’elles vont déclencher un mouvement de population sans précédent. Ce qui fait son
originalité est moins sa dimension que le fait d’avoir essentiellement concerné les couches
supérieures de la société, et beaucoup de membres de l’ “intelligentsia”. Parmi ceux-ci quelques
mathématiciens dont on suivra les trajectoires peu connues de Russie à Paris.

  • V. Shebalin : Trio avec piano en la majeur, opus 39
  • D. Chostakovitch : Trio n° 2 en mi mineur, opus 67
  • E. Chausson : Trio en sol mineur, opus 3

Jeudi 24 août 2017

20h00 │ Eglise de Saint-Pierre-d’Autils « La révolution d’Octobre »

  • D. Chostakovitch : Quatuor à cordes n°13 op 138
  • M. Weinberg : Quatuor à cordes n°13, opus 118
  • L.V. Beethoven : Trio à cordes n°1 en mi bémol majeur, opus 3

Vendredi 25 août 2017

20h00 │ Eglise de Notre-Dame-de-l’Isle « La poésie et la musique »

  • D. Chostakovitch : 7 romances sur des poèmes d’ A.Blok , suite vocale et instrumentale pour soprano, violon, violoncelle et piano
  • H. Berlioz : Les nuits d’été, pour mezzo-soprano et piano
  • E. Chausson : Chanson Perpétuelle opus37, pour soprano, piano et quatuor à cordes

+ Poèmes d’ A. Blok et autres

Samedi 26 août 2017

15h30 │ Eglise de Giverny Giverny « La révolution de l’art en musique »

  • C. Debussy : Prélude à l’après midi d’un faune, arrangement de A. Schönberg pour petit ensemble
  • P. Hersant : 3 nocturnes pour flûte, alto et harpe
  • D. Chostakovitch : Quintette avec piano en sol mineur, opus 57

Samedi 26 août 2017

20h00 │ Musée des impressionnismes Giverny « Deux géants en révolution »

  • L.V. Beethoven : Quatuor n°11, opus 95, version de G. Mahler pour orchestre à cordes
  • D. Chostakovitch : Deux pièces pour octuor à cordes, opus 11
  • D. Chostakovitch : Quatuor à cordes en do mineur n° 8, opus 110
  • L.V. Beethoven : Quatuor à cordes n°16 en fa majeur, opus 135 – 3ème mvt

Dimanche 27 août 2017

20h00 │ Musée des impressionnismes Giverny « Prends garde à toi ! »

  • G. Bizet : extraits de Carmen, arrangements pour soprano et piano
  • P. I. Tchaïkovsky : Sérénade pour cordes

+ suprises !


Franghiz Ali-Zadeh

Franghiz-Ali-Zadeh,A chaque édition, un compositeur se joint à cette résidence d’artistes pour apporter son regard de créateur et ses conseils aux interprètes.

Cette année, la compositrice invitée Franghiz Ali-Zadeh, vient d’Azerbaïdjan. Pianiste diplômée du Conservatoire de Bakou en 1970, elle obtient un diplôme de composition en 1972. Dès 1976, elle a enseigné le domaine spécialisé de l’histoire de la musique au conservatoire de Bakou et, depuis 1990, enseigne dans le domaine de la musique contemporaine et de l’histoire des styles d’orchestre. De 1993 à 1996, elle fût directrice chorale à l’Opéra de Mersin (Turquie) où depuis deux ans, elle est instructrice en piano et théorie de la musique au Conservatoire.

En 1999-2000, bénéficiaire de la bourse du DAAD, elle a été en résidence à Berlin et depuis lors, elle partage son temps entre l’Allemagne et l’Azerbaïdjan. En 1980, Ali-Zadeh a reçu le prix de l’Union des compositeurs azerbaïdjanais et, en 1990, elle a été nommée «artiste méritoire» de la République socialiste soviétique azerbaïdjanaise. En novembre 2000, elle a reçu le titre d’honneur de «Artiste populaire de la République d’Azerbaïdjan» et a été nommée «Artiste de l’UNESCO pour la paix» en 2008. Le répertoire écrit par Franghiz ‘Ali-Zadeh comprend aussi bien de la musique pour solo et de la musique de chambre, que des oeuvres composées pour ensembles et orchestres.

Cette compositrice donne à entendre les conflits religieux et culturels intérieurs entre l’Est et l’Ouest mais aussi entre la tradition nationale de l’Azerbaïdjan et le modernisme de l’Europe occidentale. Mais elle sublime également dans sa musique, ses tensions personnelles. Des interprètes comme Mstislav Rostropovich, Yo-Yo Ma, Evelyn Glennie, Ivan Monighetti, David Geringas, Julius Berger, Wu Man, Alexander Ivashkin, Alim Qasimov, Vladimir Tonkha, Elsbeth Moser et beaucoup d’autres se sont engagés dans sa musique. Ali-Zadeh réussit d’une façon inédite à mélanger les traditions musicales de son pays d’origine avec des techniques modernes de composition occidentale. Dans sa musique, riche en contrastes, la légèreté est reflétée par la véhémence, où se côtoient transparence tendre et couleurs puissantes, simplicité calme et virtuosité turbulente, comme une méditation sous ecstasy.


Jean Claude Vanden Eynden | piano

Jean-Claude-Vanden-Eynden-_-pianoJean-Claude Vanden Eynden commence le piano très jeune et entre à douze ans au Conservatoire Royal de musique de Bruxelles, sa ville natale, où il travaille sous la direction d’Eduardo Del Pueyo jusqu’à la fin de ses études à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth. Lauréat du Concours Reine Elisabeth à seize ans, il commence aussitôt une carrière de soliste qui le mènera sur tous les continents.

Jean-Claude Vanden Eynden a joué avec de nombreux orchestres symphoniques parmi lesquels: l’Orchestre Symphonique de Saint-Pétersbourg, le Royal Philharmonic Orchestra de Londres, le Residentie Orkest de La Haye et plusieurs orchestres belges, ainsi qu’avec les orchestres de chambre I Fiamminghi et Franz Liszt (Budapest). C’est ainsi qu’il a collaboré avec des chefs prestigieux tels Paul Kletzky, Rudolph Barshaï ou encore Yuri Temirkanov. Jean-Claude Vanden Eynden pratique également la musique de chambre avec des partenaires tels qu’Augustin Dumay, Silvia Marcovici, Michaela Martin, Miriam Fried, Véronique Bogaerts, Gérard Caussé, Marie Hallynck, Frans Helmerson, José Van Dam, Walter Boeykens, le Quatuor Enesco, le Quatuor Melos, le Quatuor Ysaye …

Son répertoire, extrêmement vaste, comprend notamment la plupart des grands concertos, un large éventail de pièces de musique de chambre, ainsi qu’une intégrale de l’oeuvre pour piano seul de Maurice Ravel. Sa discographie est très variée. Citons tout récemment des oeuvres de Joseph Jongen avec le trio César Franck et les trois sonates pour violon et piano de Brahms avec Véronique Bogaerts. Il est actuellement professeur au Conservatoire de Bruxelles, à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, régulièrement appelé comme membre du jury de divers concours internationaux, et est Directeur Artistique du CentreMusical Eduardo Del Pueyo..


Nikita Boriso-Glebsky | violon

Nikita-Boriso-Glebsky-violonNikita Boriso-Glebsky a atteint un sommet dans sa carrière en 2010 lorsqu’il a été vainqueur des concours internationaux de violon Jean Sibelius et Fritz Kreisler. Il a également été récompensé lors de huit autres prestigieux concours dont le concours Tchaïkovsky, le concours Reine Elisabeth et le concours de Musique de Montréal. Il s’est produit au sein de nombreux orchestres russes et européens, dont l’Orchestre Symphonique Mariinski, les orchestres
philharmoniques d’Helsinki, Moscou, Bruxelles, Anvers, les orchestres de chambre de Londres, de Walonnie, le Sinfonia Varsovia, le Goethenburg Symphoniker, sous la direction de chefs comme , Valery Gergiev, Sakari Oramo, Augustin Dumay, Vladimir Fedoseev, David Geringas, Yuri Simonov,
Gilbert Varga, Maxim Vengerov, David Afkham. Il est régulièrement invité dans la plupart des principaux festivals d’Europe comme celui de Menton, le Festival de Salzburg, Rheingau, Ohrid, Dubrovnik, le Beethovenfest de Bonn et d’autres encore. Depuis 2007, il est le seul violon soliste du Moscow Philharmonic Society. En 2009, il a reçu le prix du meilleur “Violoniste de l’année” de la fondation internationale Maya Plisetskaya et Rodion Shchedrin (USA). En 2011, Nikita Boriso- Glebsky a reçu deux autres prix : le prix « Virtuose » de la Société de Cordes Italienne et de la fondation Antonio Stradivari et la médaille Jean Sibelius de la fondation Jean Sibelius de Finlande. En 2013, il obtient de premier prix du Monte Carlo Violon Master. En collaboration avec la Chapelle Musicale Reine Elisabeth et le label discographique belge “Fuga Libera”, le violoniste a enregistré en 2011 un CD avec le Troisième concerto pour violon d’Henri Vieuxtemps. En 2012, il enregistrera un second CD avec des compositions d’Edouard Lalo.
www.boriso-glebsky.com


Sharon Coste (Canada-France) │ soprano

Sharon-Coste-(Canada-France)-sopranoLauréate des concours internationaux de Genève, de Paris et de Toulouse, Sharon Coste a chanté sur plusieurs scènes européennes et nord-américaines, parmi lesquelles l’Opéra National de Paris- Bastille, l’Opéra national du Rhin (Strasbourg), l’Opéra de Nantes, le Canadian Opera Company (Toronto), l’Opéra de Karlsruhe, l’Opéra de Rennes, L‘Esplanade de Saint-Étienne, l’Opéra de Montréal, l’Opéra de Rouen, l’Opéra-Théâtre de Metz, et l’Opéra de Chambre de Genève. Reconnue pour son interprétation des rôles de Mozart – Donna Anna, Fiordiligi, Pamina, Contessa Rosina, Constanze, et Vitelia – Sharon Coste aborde également de nombreux premiers rôles du répertoire français, italien et russe : Les Dialogues des Carmélites, Faust, Manon, Les Contes d’Hoffmann, Eugène Onéguine, Il Barbiere di Siviglia, La Fille du régiment, La Bohème, La Traviata, Norma, et Aïda.

Sharon Coste a chanté sous la direction de chefs tels que Philippe Herreweghe, Jean-Claude Casadesus, Emmanuel Krivine, Serge Baudo et Alain Lombard, se produisant entre autres avec l’Orchestre de Paris, l’Orchestre national de Lyon, le Toronto Symphony Orchestra, et l’Orchestre de la Sorbonne, dans un vaste répertoire comprenant les Requiem de Mozart, Verdi, Fauré, Lloyd Webber et McCartney, les Nuits d’été de Berlioz, les Stabat Mater de Pergolesi et Poulenc, Elias et le Psaume 42 de Mendelssohn, Die Jahreszeiten de Haydn, la 14e Symphonie de Chostakovitch, et Myrrah de Caplet. Diplômée de l’Université de l’Alberta, Sharon Coste a effectué des stages à la Canadian Opera Company Ensemble, au Mozarteum de Salzburg, et à l’Académie de Royaumont. Elle a enregistré pour Harmonia Mundi (Diapason d’or), Naxos, Musica Numeris et Koch International.


Adriana Ferreira (Portugal) │ flûte

Adriana-Ferreira-flute

Photo Philippe Pache

La flûtiste Adriana Ferreira est une des plus remarquables de sa génération. En 2010, alors qu’elle n’a que dix-neuf ans, elle remporte le Premier Prix, le Prix de l’Orchestre et le Prix du Jeune Public du Concours International Carl Nielsen au Danemark. Deux ans plus tard, elle devient cosoliste à l’Orchestre National de France. En 2013, c’est au Japon qu’elle décroche le 3e Prix du Concours International de Kobé ; avant d’obtenir le Premier Prix au Concours Severino Gazzelloni en Italie. Enfin, elle remporte en 2014 le Concours International de Genève (2e Prix ex-æquo, 1er non décerné), où elle est aussi distinguée avec le Prix Spécial Coup de Coeur Breguet. L’année d’après, elle remporte le concours pour la place de flûte solo à l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, au Pays-Bas. En 2017, elle décide de revenir en France et reprend ses fonctions au sein de l’Orchestre National.

En duo avec la pianiste Isolda Crespi, elle publie en 2011 le disque Danse des Sylphes chez Numerica au Portugal, suivi en 2015 d’un disque pour la collection Falaut en Italie. En 2016, elle publie un disque accompagné par l’Orchestre de Chambre de Genève et avec le pianiste Lorenzo Soulès, pour le label suisse Claves. Née à Cabeceiras-de-Basto au Portugal, elle fait ses études à l’École Professionnelle Artave dans la classe de Joaquina Mota. Lauréate de la Fondation Calouste Gulbenkian de Lisbonne, elle intègre la classe de Sophie Cherrier au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, où elle obtient le diplôme de 3e cycle supérieur, sous la direction de Hae-Sun Kang. Elle se perfectionne également auprès de Benoît Fromanger à la Hochschüle Hanns Eisler de Berlin et obtient une Licence de Musicologie de l’Université Paris-Sorbonne.


Les interprètes.

Les violons

Fedor Rudin (France-Russie) www.fedorrudin.com
Avant de remporter dernièrement des prix aux concours internationaux de violon les plus prestigieux comme Qingdao, George Enesco et Henri Marteau, il était déjà lauréat du premier prix d’autres importants concours dont Lipizer, Valsesia Musica et Khachaturian. Lauréat du Prix Fondation Safran pour la musique, il est considéré comme un des solistes les plus talentueux et palpitants de sa génération.

Solenne Païdassi (France) www.solenne-paidassi.com
Révélation Classique de l’Adami 2012, elle a été récompensée par de nombreux prix, en France et à l’étranger, entre autres au Concours International de Hanovre 2009, au concours Sion-Valais, et le concours Gyeongnam en Corée. Sa carrière l’a déjà amenée à jouer dans les salles les plus prestigieuses. Son premier CD, aux côtés du pianiste Laurent Wagschal consacré aux sonates de Franck, Pierné, Saint-Saëns, est paru en 2013 chez le label Indésens.

Aylen Pritchin (Russie)
Aylen Pritchin a étudié avec Eduard Grach au Conservatoire Tchaïkovsky de Moscou. Il gagne le premier prix du Concours Long-Thibaud-Crespin en 2014. Parmi les prix qu’il a obtenus au cours de ces dernières années, on peut citer le Prix Temirkanov au Concours Sion-Valais en 2009, le Concours Kreisler à Vienne en 2010, le Concours Wienawski à Poznan en 2011. En 2016, le label russe “Melodiya” a publié son premier CD.

Luka Ispir (France)
Luka Ispir débute le violon à l’âge de 6 ans. Reçu au concours d’entrée du CNSMDP dans la classe d’Olivier Charlier, il passe son Baccalauréat en 2016 et est reçu en deuxième année de licence avec les félicitations du jury. Il a obtenu le premier prix à, l’unanimité du jury au concours Vatelot Rampal ainsi qu’au concours des Jeunes talents Normands. Il est sélectionné en 2016 comme artiste prometteur par la fondation Albert-Eckstein-Stiftung qui lui prête un Monterumici de 1903 avec lesquels il se produira en soliste en 2018 accompagné par l’orchestre de Normandie.

Elina Buksha (Ukraine)
Elina Buksa a fait ses débuts avec l’orchestre Liepajas Amber Sound Symphony en Lettonie à l’âge de douze ans. Elle a joué auprès de nombreux autres orchestres, dont l’orchestre Latvian National Symphony, le Sinfonietta Riga, le Sinfonia Varsovia, le Royal Philharmonic, leSudwestdeutchen Philarmonie Konstanz, le Musica Viva à Moscou. Elle joue sur un violon Domenico Montagnana 1723, prêté par la Chapelle Musicale Reine Elisabeth. Depuis septembre 2011, elle étudie à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, en Belgique, sous la direction d’Augustin Dumay.

Julia Turnovsky (Russie)
À l’âge de 13 ans, elle donne sa première performance en tant que soliste à la Südwestdeutsche Philharmonie ‘. Elle a depuis joué des pièces en solo avec d’autres orchestres, y compris le «Japan Century Symphony Orchestra», la «Chamberchamparmonie de Prague», le Göttingen Sinfonieorchester, les «Solistes Européens Luxembourg», la «Camerata Salzburg» et l’Orchestre Sinfonica Siciliana’.Se consacrant à la musique de chambre, elle a joué avec des membres de l’Orchestre philharmonique de Vienne pour la diffusion autrichienne et a été invitée à participer au“Haydnfestival“au Schloss Esterhazy et à Vienne Musikverein Julia Turnovsky joue d’un violon de 1810 “ex Moser” Pierre Silvestre, parrainée par la Banque nationale d’Autriche.

Les alti

Vladimir Percevic (Serbie)
Il a remporté de nombreux prix dont le 1er prix du Concours national des jeunes altistes à Belgrade en 2002 avant d’obtenir un diplôme de Master avec mention Très Bien à l’unanimité au CNSMD de Paris. Egalement passionné par la musique contemporaine, il participe à des projets de l’Ircam, et collabore avec plusieurs jeunes compositeurs. Vladimir joue sur un magnifique alto de G. Guadagnini prêté par la Fondation Zilber/Rampal.

Kei Tojo (Japon)
Elle suit actuellement un cursus de master au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) dans la classe de Jean Sulem et étudie également avec Jeffrey Irvine au Cleveland Institute of Music (aux Etats-Unis). Elle a remporté de nombreux prix dans divers concours internationaux : Concours National des Jeunes Altistes à Poitiers, 11e Concours International Lionel Tertis en Angleterre, 14e Concours International Primrose aux Etats-Unis, 53e Concours International Beethoven en République Tchèque, 3e Concours International d’Alto de Tokyo.

Xavier Jeannequin (France)
Diplômé du CNSMD de Paris, du Colburn Conservatory de Los Angeles et de l’Université des arts de Berlin,k il rentre à l’Orchestre National des Pays de la Loire en tant qu’alto second soliste puis en tant qu’alto solo depuis juin 2015. Il Il travaille aussi avec plusieurs compositeurs contemporains dont Krzysztof Penderecki, et crée à l’IRCAM une pièce pour alto seul et dispositif éléctroacoustique de Tatjana Catanzaro. Il joue sur un alto de Stephan van Baehr et un archet de Gregor Walbrodt grâce au soutien de la Societé Générale.

Les violoncelles

Won-Hae Lee (Corée du Sud)
Etudiant au CNSM de Paris depuis 2011 dans la classe de Michel Strauss, mais également H avec ae-Sun Kang, Marc Coppey, François Salque et Emmanuelle Bertrand en musique de chambre, Wonhae Lee obtient sa licence avec mention Très bien à l’unanimité avec félicitations du jury en 2014. Il continue son master à l’Université des Arts de Berlin (UDK Berlin) avant de mener à bien en 2017, son master de violoncelle au CNSM de Paris. Sélectionné membre de l’orchestre de Verbier Festival en 2014, il obtient en 2015 le poste de second soliste à l’Orchestre National des Pays de la Loire.

Zlatomir Fung (USA)
Zlatomir Fung a remporté le premier prix au Concours international de violoncelle George Enescu en 2016, a été premier prix au Concours international Johansen en 2015 pour les jeunes joueurs de cordes et fût médaille d’or aux Concours de cordes Stulberg en 2014 et au 29e concours Irving Klein. A 18 ans, il a déjà joué en tant que soliste avec la Symphonie de Santa Cruz, le Boston Pops Orchestra, la Peninsula Symphony, Grand Rapids Symphony et Lausanne Sinfonietta. Il est membre régulier des Jupiter Symphony Chamber Players et a reçu le prix Landgrave of Hesse au Kronberg Academy Cello Masterclasses en 2016.

Joris van den Berg (Pays-Bas) www.jorisvandenberg.com
Il a étudié au Conservatoire d’Amsterdam, au Royal Northern College of Music de Manchester avec Ralph Kirshbaum et à la Hochschule für Musik und Tanz de Cologne. Il a obtenu la plus haute distinction et a reçu la Médaille d’or, et un diplôme d’artiste international du Royal Northern College of Music. Joris van den Berg joue un violoncelle Giovanni Grancino ( 1703 ) et un archet Tourte ” L’Aîné ” mis à sa disposition par la Dutch National Musical Instrument Foundation.

Lisa Strauss (France)
Elle entre au CRR de Paris en 2008 dans la classe d’Annie Cochet, puis étudie 6 années consécutives avec Hélène Dautry. Le second prix du concours Violoncellenseine lui est décerné à l’âge de 12 ans, dans la catégorie 12/15 ans. Elle est admise à l’unanimité au CNSM de Paris en février 2015.

Et aussi

Yun-Yang Lee (France-Taïwan) │ Piano
Diplômé du CNSMD de Paris, il a reçu un premier prix aux Concours international Carl Czerny, Concours musical de France, Concours de Brest, FLAME, Forum de Normandie, Mayenne, et Concours International d’Ile-de-France, deuxième prix au Concours Lauréats SPEDIDAM, troisième prix aux Concours international Maria Canals et Takamatsu au Japon. Il est invité dans de nombreux festivals et concerts en Europe et en Asie.

Marcel Cara (France) │harpe
Actuellement étudiant au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe d’Isabelle Moretti depuis 2014, il a également bénéficié ces dernières années des conseils de harpistes tels que Sivan Magen, Ghislaine Petit-Volta ou Emmanuel Ceysson. En octobre 2016, il interprète Sur incises pour trois harpes, trois pianos et trois percussions-claviers de Pierre Boulez à la cité de la musique de Soissons sous la direction de Bruno Mantovani ainsi qu’en juillet prochain au festival international Olivier Messiaen.

Bogdan Sydorenko (Ukraine) │clarinette
Bogdan Sydorenko obtient en 2015 son Master 2 en clarinette d’CNSMD de Paris avec mention très bien à l’unanimité avec félicitations et prix de jury. Durant ses années de formation, il a participé à de nombreux concours internationaux dont il a été lauréat à plusieurs reprises. Il est régulièrement invité comme soliste par les plus grands orchestres d’Ukraine, et participe régulièrement aux tournées de concerts de l’Orchestre des Jeunes d’Europe ”CEI Youth Orchestra”.

Corentin Aubry (France – VERNON ) │percussions
Après avoir débuté la percussion avec Bernard Heulin au CRI de Vernon, Corentin Aubry vient d’être admis à l’unanimité au CNSM de Paris. Il a reçu plusieurs prix dans des concours internationaux, comme l’Italy Percussion Competition ou le concours Marimba de Bamberg en 2016.

Swann Van Rechem (France) │percussions
Il étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique et de de Danse de Paris auprès de Gilles Durot, Florent Jodelet, Nicolas Martynciow ou encore Benoit Cambreling. Grâce aux nombreux projets organisés dans le cadre du conservatoire il acquiert une expérience allant de la pratique sur instruments anciens à la création contemporaine. Passionné par l’orchestre, il collabore avec certains ensembles parisiens comme l’ensemble Appassionato. Parallèlement à ses activités d’instrumentiste, il pratique la direction d’orchestre, qu’il a étudié avec Jean Sébastien Béreau, ou encore le piano, l’écriture etc…

Jean-Edouard Carlier (France) │contrebasse
Entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en 2015 dans la classe de Jean-Paul Celea, il participe en parallèle de son cursus à de nombreuses représentations tant en musique de chambre qu’en orchestre qui lui permettent de jouer dans des salles prestigieuses. Il poursuit actuellement son cursus au conservatoire de Paris dans la classe de Nicolas Crosse.

Ye-Chang Yung │ Hautbois
Né en 1992 à Séoul, Corée du sud, Yechang Jung commence le hautbois à l’âge de 9 ans puis quelques années plus tard rejoint la France pour étudier auprès de Jean-Claude Jaboulay au Conservatoire régional de Paris et Maurice Bourgue en cours privés. Admis au Conservatoire supérieur de Paris (CNSM de Paris) dans la classe de David Walter et Frédéric Tardy, il y obtient son diplôme de master mention très bien à l’unanimité.

Claire Lairy │ Soprano
Après l’obtention du diplôme d’ingénieur de l’Ecole des Mines de Nantes, Claire se consacre au chant lyrique. Janine Reiss lui prodigue ses toutes premières leçons et la dirige dans sa formation. Sur ses conseils, elle intègre en 2010 l’École Normale de Musique de Paris .En avril 2015, elle obtient le Diplôme Supérieur de Concertiste de chant, plus haute distinction de l’école.

Autres invités

Agathe-kellerAgathe Keller (France) │ chercheuse
Agathe Keller est une chercheuse au CNRS. Elle travaille sur les commentaires mathématiques en langue sanskrite, mais s’intéresse également à la manière dont on a parlé et dont on parle aujourd’hui des mathématiques en Asie du Sud. Elle a fréquenté dans sa jeunesse le festival de musique de carnatique de Madras et fait du violoncelle et du chant en amateur.

 

 

 

Laurent-Mazliak-(France)Laurent Mazliak (France) │ mathématicien
Laurent Mazliak, mathématicien et historien des mathématiques enseigne à l’Université Pierre et Marie Curie à Paris. Il est un spécialiste des probabilités et de l’histoire des communautés mathématiques dans la période de la Première Guerre mondiale. Musicien (violoncelliste puis chanteur), il s’est beaucoup intéressé à la relation entre les mathématiques et la musique et a notamment présenté à de nombreuses reprises des conférences autour de la sonate pour alto de Ligeti avec l’altiste Alain Baldocchi.

 

 

Alexis-Gilot-(France)-

Alexis Gilot (France) comédien
A sa sortie de la Classe Libre du cours Florent, il travaille avec François Orsoni et Marie-Christine Orry, et c’est auprès de jeunes compagnies qu’il commence à faire ses armes. En 2014, il part en Roumanie monter le spectacle Sibiu, une plaie non encore guérie qu’il jouera aux ateliers Berthier de l’Odéon. En janvier 2015, il interprète Volodia dans le spectacle Chère Elena mis en scène par Didier Long, aux côtés de Myriam Boyer, spectacle nommé dans quatre catégories aux Molières 2015. . En 2017, Christophe Honoré le dirige dans la performance Un jeune homme épris de littérature au club Salò, à Paris. Cette même année, il joue le rôle de Tonio dans une création de Pierre Notte à la Comédie des Champs- Élysées.