Magazine municipal de Giverny | 2013-2014

Publié dans Magazine Municipal

Magazine municipal de Giverny | 2013-2014

ÉLECTIONS MUNICIPALES

Les 23 et 30 mars 2014

 

 

 

 


GIVERNY – Magazine Municipal 2013
Directeur de la publication : Claude Landais, Maire de Giverny
Mairie de Giverny – Commission Communication – Comité de rédaction :
Claude Landais, Monique Delemme, Monique Falc’hon, Diana Guillaume, Daniel Droin.
Cette édition annuelle du Magazine Municipal de Giverny, entièrement gérée par la Commune, a été réalisée par:
Réalisation – Mise en page : Philippe Chauveau
Publicités : Philippe Chauveau – Régie publicitaire : Daniel Droin et Philippe Chauveau
La Commune remercie les contributeurs qui ont fourni des textes ou des images pour ce magazine.
Photographie couverture et extraits intérieurs: « Locomotive exposition à la cité du train »
© Michel HENRI – 2014 -
MAIRIE DE GIVERNY
7 rue Blanche Hoschedé-Monet – 27620 Giverny – Tel : 02 32 51 28 22 – Fax : 02 32 51 72 79
mairie-giverny@wanadoo.fr – Heures d’ouverture : Lundi : 10h à 12h – Jeudi : 17h à 19h – Samedi : 10h à 12h

 

GIVERNY – LES ÉVÉNEMENTS COMMUNAUX 2013

Janvier Vœux du Maire – 28 janvier

Claude Landais, maire, a présidé la cérémonie des voeux 2013 entouré des conseillers municipaux et des Givernois, en présence de Franck Gilard, député, Michel Jouyet et Claude Lacout, conseillers généraux, le lieutenant de gendarmerie Le Hirrite , Gerard Volpatti, président de la CAPE, Diego Candil, directeur du MDIG, Laurent Echaubard, Fondation Claude Monet, Cedric Lemagnent, directeur de la Maison du tourisme et les présidents des associations. Après les voeux traditionnels, Claude Landais a évoqué les disparitions et les événements heureux de notre village: 7 naissances en 2012, il a ensuite rappelé l’ouverture au printemps 2012 de la maison du tourisme dont il a rappelé l’objectif : la présentation de la Normandie aux touristes en visite à Giverny et de l’Ile de France limitrophe. 2012 c’est aussi la fin du chantier de l’assainissement par la CAPE, Monsieur le Maire a évoqué le « travail exemplaire » des techniciens de la CAPE et de l’entreprise SADE tant pour la qualité de la réalisation que pour les relations avec les riverains. Il a regretté l’insuffisance de communication de la CAPE sur les coûts et les compétences concernant ce chantier, auprès des habitants. Il a ensuite annoncé la sortie, en février, du magazine givernois 2012-2013 entièrement réalisé par la commission municipale qu’il a félicitée ; Il a remercié les annonceurs publicitaires qui sont les financeurs de cette opération, nous permettant ainsi de ne pas impacter le budget communal. Le Lieutenant et la brigade de Gendarmerie ont été remerciés pour avoir géré avec tact et efficacité les problèmes de sécurité locale. Claude Landais a ensuite évoqué les projets 2013 pour Giverny :
- La première tranche du chantier de réhabilitation de la rue Claude Monet, programmée sur 5 mois jusqu’à fin mars concernera les rues adjacentes à la rue Claude Monet pour une bonne gestion des eaux de ruissellement.
- L’inscription au niveau du SIEGE d’une nouvelle tranche de mise en souterrain des réseaux électriques et téléphoniques à Manitot, en urgence et d’une autre en continuité à Falaise.
- La préparation de la réforme des rythmes scolaires de l’école prévue en septembre 2014. Il a aussi évoqué les manifestations importantes de 2013 avec le festival Normandie Impressionniste de Juin à septembre 2013 et les manifestations communales.
Un cocktail mis en place par Gilles Lefort a été particulièrement apprécié de tous pour la qualité des mets et la présentation. Ces voeux sont une vraie occasion de rencontre entre Givernois mais aussi avec tous les élus responsables politiques locaux.

Mars Vote du budget de la commune – 29 mars

Le budget 2013 a été confectionné sur les bases des recettes 2012 ; les augmentations de la TVA des repas de cantine, les charges patronales des salaires du personnel communal et la baisse des dotations, nous ont contraints à augmenter la taxe d’habitation de 2,50 % (de 12,5 % à 15 %)

Avril Exposition des élèves de l’école d’arts de Giverny 7 et 8 avril

C’est encore une fois une exposition de peinture de qualité que nous ont présentée les élèves de l’atelier de Michel Cribelier à la salle des fêtes de Giverny. Le public, venu nombreux et très intéressé, a pu aussi admirer le travail de peinture et de modelage des jeunes élèves de Yolande Cribelier. A l’occasion du vernissage, en présence de Monsieur Le Maire, un buffet très raffiné avait été réalisé par les élèves.

Avril Association “LA SEINE EN PARTAGE“ et opération “BERGES SAINES“- 8 avril

C’est une association loi 1901 qui regroupe plus d’une centaine de villes riveraines de la Seine. Les thèmes traités concernent la qualité de l’eau, la protection des milieux aquatiques, les pollutions, les inondations, le transport fluvial, le développement économique et touristique. Pour la troisième année consécutive, le nettoyage des berges de la Seine a mobilisé 33 Givernois dont 9 enfants pour débarrasser la plage de tous les débris de plastique et bois charriés par les crues de la Seine. La commune s’est procuré le kit de ramassage (gants et sacs) auprès de l’association “La Seine en Partage“. Le SETOM est intervenu pour une animation avec distribution de documents sur le tri des déchets, de tee-shirts et de jolis sacs. Pour clôturer cette matinée laborieuse et sympathique, un brunch avec charcuteries et grillades a été organisé par la commune. Le barbecue a été installé et géré par la famille Guillemard. Un grand merci à tous les participants pour ce geste citoyen en faveur de notre environnement. Jean-Francois Heurtaux a représenté la commune lors d’un colloque de « la Seine en partage » en novembre 2013 dans une salle de l’Assemblée Nationale.

Avril CONCOURS PHOTOS

Giverny a participé au concours photo organisé par la Cape dont le thème était l’eau. La photo “effet d’étrave“ de Jean-François Heurtaux a obtenu le 5éme prix. Elle fixe la vague d’étrave du bateau de M. André Picard quand l’effet de la forme de l’étrave se conjugue avec la vitesse d’avance pour décrire une ligne en zigzague molle sur la végétation aquatique de surface qui scintille au soleil. L’effet du ressenti de quiétude et de fraîcheur aurait sûrement retenu l’attention des peintres impressionnistes de l’époque à Giverny.

Avril PCET – Plan Climat Energie Territorial

Dans le cadre du PCET organisé par la CAPE, sur le thème “les GES“ (gaz à effet de serre) principaux responsables du réchauffement climatique, Jean-François Heurtaux a participé à l’un des ateliers concernant la production d’énergies renouvelables. Le PCET se décline en 23 fiches d’actions et 48 sous-actions précisant la faisabilité, les coûts, les financements et les indicateurs de suivi; ces actions ont fait l’objet d’une étude de faisabilité, d’une validation par le COPIL en décembre 2013 dans l’attente de celle de la Préfecture. Les enjeux sont environnementaux, sociaux, économiques, de gouvernance locale.

Mai Troc de plantes – 19 mai

Pour la 6ème année, le troc de plantes est toujours un évènement très attendu. Les échanges de plantes et de savoirfaire se déroulent dans la plus grande convivialité autour d’un café d’accueil et de pâtisseries offertes par des Givernoises fidèles au rendez-vous. Nous remercions Yves Hergoualc’h et Emmanuel Besnard pour leur amicale participation et conseils professionnels, la Fondation Claude Monet, James Priest, le Musée des Impressionnismes ainsi que Madame Inbona pour leur précieux concours.

Mai 7èmes Journées de sculpture sur pierre de Vernon – 25 et 26 mai

Le Club 41 de Vernon soutenu par les Amis de Giverny et la Mairie de Giverny a organisé sur l’Espace Baudy, les septièmes journées
de sculpture sur pierre de Vernon. 36 sculpteurs venus de tous horizons ont exécuté une oeuvre en taille directe sur le thème de “L’ animal dans l’art“. Trois sculpteurs bénévoles ont animé l’atelier enfant pour encourager les jeunes talents ; très motivés, ils ont réalisé une oeuvre qu’ils ont précieusement emportée. Le mécénat principal est assuré par la Société d’Exploitation des Carrières du Val de Seine qui offre les pierres. Les 3 premiers prix ont été attribués par un jury présidé par France Poulain architecte des Bâtiments de France. L’objectif de cette manifestation est de “réaliser une animation culturelle, populaire, gratuite et ouverte à tous et de participer tant à la préservation et à la promotion du Patrimoine qu’à celle des métiers d’art“. Le club 41 de Vernon organisera les 8émes journées de sculpture sur pierre de Vernon au printemps 2015.

Juin Salon de “l’Art du Pastel en France“ Du 1er au 9 juin

Pour la 9ème année consécutive, l’exposition Internationale de Pastel à Giverny a connu un vif succès. De nombreux visiteurs se sont pressés pour admirer 120 œuvres sélectionnées par un jury compétent, garant de la qualité des tableaux présentés. Cette année, l’invité d’honneur était M. Horace Champagne, Maître pastelliste de la Société de Pastel de l’est du Canada, accompagné d’artistes du Québec. Des animations ont été organisées sur place : démonstrations en public et stages organisés par les artistes participants. Le vernissage a été présidé par Bernard Texier, en présence de Claude Landais, maire, Michel Jouyet, Conseiller Général et des Conseillers Municipaux.

Juin 9ème Fête de la peinture – 2 juin

Le thème choisi par le Conseil Général pour cette 9ème manifestation était « Le reflet » et l’expression artistique associée « Les installations ».L’installation est un genre de l’art contemporain qui se développe à partir des années 60. Le principe consiste à mettre en scène des objets, matières… L’installation, théâtralisation des arts plastiques, peut être éphémère, évolutive, dégradable, pérenne…, enveloppant le spectateur dans un espace sensoriel et sollicitant sa participation. Les lauréats sélectionnés par le jury auront le privilège d’exposer durant un week-end d’octobre dans la salle des fêtes de Giverny.

Juillet Retraite aux flambeaux – 13 juillet

Parents et enfants étaient heureux de défiler dans la rue Claude Monet jusqu’à la mairie en brandissant fièrement leurs lampions derrière la voiture communale décorée et conduite par Daniel Droin. Les convives, déjà attablés, les ont accueillis avec applaudissements et musique.

Juillet Bal populaire du 13 juillet

Le Comité des Fêtes a organisé pour la 4ème année consécutive le “bal du 14 juillet“ dans la cour de la mairie. Une grande tente a été montée sous les tilleuls pour abriter les convives qui ont partagé un repas et dansé aux rythmes variés de l’orchestre. L’esprit de cette fête nationale a attiré Givernois, locaux et touristes.

Septembre 10ème anniversaire de la Musique de Chambre à Giverny – 28 août au 1er septembre

11 concerts de grande qualité, sous la direction artistique de Michel Strauss, ont eu lieu dans l’église Ste Radegonde de Giverny, au MDIG, dans les églises de Notre-Dame de L’Isle et Saint-Pierre d’Autils. Les compositeurs invités, Bruno Mantovani et Philippe Hersant, ont assisté à la prestation des jeunes musiciens autour de leurs oeuvres.

Septembre Le moteur est dans le pré – 7 et 8 septembre

Organisée par Jean-Pierre Guillemard sur le pré Baudy, l’exposition de moteurs, tracteurs, voitures anciennes sortis du Musée de la Mécanique Naturelle et de collections privées, a recueilli un grand succès auprès des amateurs passionnés qui ont pu les voir en démonstration.

Septembre Déjeuner des seniors du canton d’Ecos – 9 septembre

Comme chaque année les seniors du Canton ont reçu une invitation avec participation du CCAS pour un déjeuner au château d’Aveny, moment convivial et gastronomique.

Septembre Journées du Patrimoine et concert de la chorale “les Voix Normandes“ – 15 septembre

Monsieur le Maire et Jean-Pierre Paul, président des Amis de Giverny ont accueilli et renseigné les nombreux visiteurs, très intéressés par les décors peints et l’histoire de notre char mortuaire, autrefois propriété de la Confrérie des Frères de Charité, qui transporta Claude Monet au cimetière du village le matin du 8 décembre 1926. 24 choristes des “Voix Normandes“ ont offert un beau concert avec des oeuvres riches de variétés, sous la direction de Dominique Hébert, Chef de Choeur.

Septembre 10ème Foire à tout – Brocante – 22 septembre

La 10ème « Foire à tout – Brocante“, a été organisée par le CCAS de la commune, au profit des œuvres sociales, avec le soutien de la municipalité. Cette opération permet d’organiser des actions ponctuelles d’aide aux familles et le repas des anciens. Elle est toujours aussi prestigieuse et devient incontournable. Malheureusement, faute d’espace, nous sommes contraints de refuser des inscriptions. Monsieur le maire, président du CCAS a remercié annonceurs et bénévoles, Daniel Droin et l’équipe municipale autour d’un pot amical à la mairie.

Octobre Le Comité des Fêtes de Giverny et le C.C.A.S. Flamenco – 18 octobre

Monsieur le Maire, Président du CCAS, a souhaité être partenaire du Comité des Fêtes de Giverny et offrir aux seniors givernois une participation à l’achat des places pour ce spectacle de qualité.

Octobre Exposition des lauréats de la fête de la Peinture – 19 et 20 octobre

En récompense de leur participation à la Fête de la peinture, les lauréats ont pu exposer leurs oeuvres à la salle des fêtes durant ce week-end très bien organisé par Patrick Le Fèvre. La fréquentation des visiteurs a été importante et l’ambiance bien chaleureuse. Monsieur le Maire a félicité les artistes en présence de Conseillers Municipaux et remercié les « Amis de Giverny » pour la logistique qu’ils apportèrent à cette manifestation.

Novembre Cérémonie du 11 novembre

Après la cérémonie devant le monument aux morts et la stèle dédiée aux aviateurs britanniques, respectant la tradition, les habitants se sont retrouvés à la salle des fêtes pour accueillir les nouveaux habitants : la famille Bonnet, Madame Leleu, Madame Brière et Monsieur Adam et Madame Chifman. Cette année, Monsieur le Maire a remis le diplôme de la médaille du travail à Mme Thomasset et M. Denis. Le jury municipal a souhaité récompenser les lauréats du concours des MAISONS FLEURIES, en partenariat avec la fondationClaude Monet. Bordures :

  • 1er prix à Suzanne et Jean-Pierre Guillemard
  • 2ème prix à Stéphanie et Gérard Guillemard

Jardins visibles de la rue :

  • 1er prix à Lydie Desjardins
  • 2ème prix à Mr. et Mme Jaget

Balcons :

  • 1er prix à Laurence Pain
  • 2ème prix Angèle Marinello

Novembre Troc de Plantes – 17 novembre

Beaucoup de visiteurs Givernois pour le troc d’Automne qui ont pu profiter de plantes mises à disposition et installées dans la cour de la mairie par Yves Hergoualc’h et Emmanuel Besnard. Nous remercions James Priest, la Fondation Claude Monet et Brigitte Inbona pour leur apport de plantes vivaces et bulbes.

Novembre Repas des Anciens – 22 novembre

86 invités ont répondu à l’invitation de Monsieur le Maire et apprécié le repas qui mettait à l’honneur la poule de Gournay, cuisinée avec beaucoup de raffinement par la Maison Erisay. La mise en place des desserts a été applaudie et le fameux Saint Nicolas à la crème pralinée et meringue était attendu. L’ambiance était joyeuse avec des échanges sympathiques. Tous étaient heureux de retrouver Odile Williot qui avait quitté son lieu de convalescence pour partager ce moment festif givernois. Etaient invités Franck Gilard, Député – Michel Jouyet, Conseiller Général – Père Frat et Père Chesne de la paroisse, Daniel Goupil, Président de l’association « LES GOUPILS » et Philipe Chauveau, Président du Comité des Fêtes de Giverny.

Décembre Marché de Noël – 30 novembre et 1er décembre

Sélectionnés par Monique Falc’hon, les exposants ont présenté des oeuvres artisanales de belle facture. Les parents d’élèves de l’école de Giverny se sont relayés sur le stand pendant les deux jours et on bien vendu les produits faits par les enfants et les parents au profit de la coopérative scolaire. Lors de l‘inauguration, le vin chaud offert par le Club Kiwanis était excellent et on a vu beaucoup de volontaires pour un second verre !

Décembre Fleur de Giverny – 2 décembre

Les efforts des Givernois et de la commune pour le fleurissement et l’embellissement du village ont été reconnus par le jury départemental, nous permettant de garder notre “fleur“. Sur proposition de Monsieur Destans, président du Conseil Général, la commission du concours départemental des villages fleuris nous a attribué une récompense de 1200 €. Prix décerné aux communes entre 500 et 1 000 habitants. Nous espérons, avec le concours de tous, obtenir la seconde “fleur“ en 2014.

Décembre Arbre de Noël – 15 décembre

Le musée des impressionnismes Giverny a reçu les enfants du village, des Galopins et les enfants du personnel du musée autour du sapin dans l’auditorium. Au programme, un spectacle par la compagnie des “3 chardons“ suivi d’un goûter préparé par les parents et la remise des cadeaux par le Père Noël. Le thème du feu et du volcan ont captivé les enfants qui sont restés silencieux et contenus, pour se libérer au moment du goûter et à l’arrivée du Père Noël. Merci à Diego Candil de nous recevoir, à Géraldine Brilhault, Elodie françois et Olivier Touren du MDIG, Monique Delemme, Françoise Echaubard, Monique Falc’hon, conseillères municipales et Nicole Hergoualc’h, directricedes Galopins, pour leur participation à cette fête de Noël etun grand merci au Père Noël, bien sûr !

GIVERNY – L’ECOLE

Personnel enseignant
M. Philippe Guillerm, directeur
Mme Cathie Grout, professeur des écoles
Mme Perraudeau, professeur des écoles

ATSEM
Mme Carole Chevalier

Cantine scolaire
Mme Dubois

Effectif des élèves
Pour l’année scolaire 2013-2014 : 27 élèves

Représentant des parents d’élèves
Mme Willem
Mme Kampé-Compath
Mme Briere

Rétrospective 2013
OLIVER TWIST : LE SPECTACLE
Nous sommes allés voir le spectacle d’Oliver Twist à Philippe Auguste dans la salle “Viking“ le vendredi 15 février vers 9 heures. Le directeur de l’école (Mr. Guillerm) nous a accompagné avec notre professeur d’anglais (Mme Katia Mao). Nous y sommes restés entre une heure et demie et deux heures. Le spectacle parle d’un petit enfant orphelin. Un jour il rencontre un enfant. Il va à Londres et il découvrit que cet enfant était un pickpocket : Jack Dawkins. Le petit garçon s’enfuit et il est adopté par un vieil homme. ©Lucie

DIMANCHE 2 MARS :
il y a eu un vol dans le préau de l’école. On a volé deux petites motos aux maternelles. Ce sont des adolescents qui les ont volées. La porte du préau était ouverte donc ils sont rentrés. On a retrouvé une moto cassée sur la route etl’autre abîmée dans le village. ©Gabin

LA CHASSE AUX OEUFS :
Nous avons fait une chasse aux oeufs le vendredi 29 mars dans la cour car c’était Pâques. Les parents d’élèves les avaient cachés dans les arbres, dans les feuillages et dans l’herbe. Nous avons pris nos “petits“ pour chercher les œufs dans la cour. Les “petits“ étaient très contents car ensuite nous avons mangé nos oeufs en chocolat. ©Ema

LE CARNAVAL :
Le Carnaval de l’école de Giverny a eu lieu le jeudi 11 avril. Des préparatifs ont été faits avec Joséphine Nagayam et Coralie Willem ; les enfants ont défilé dans les rues de la ville. Il était très réussi. Les touristes ont même pris des photos ! Après, le cortège a continué jusqu’au Pré Baudy où les élèves ont joué. Puis, ils sont retournés à l’école. Il y a eu un goûter suivi d’une bataille de confettis. Vive le Carnaval ! ©Carla

BIOTROPICA :
Mercredi 22 mai, toute l’école de Giverny est partie en car à Val de Reuil dans la serre de Biotropica pour le voyage scolaire de fin d’année. Nous avons vu plusieurs animaux tropicaux tels que les serpents, les loriquets, les chauvessouris, les tatous etc… Une animatice nous a expliqué le régime alimentaire de trois animaux tropicaux du parc :les loutres naines, les agoutis et les pacous. Ensuite, elle leur a donné à manger. Nous avons observé leur comportement quand ils se nourrissaient : utilisation de leurs pattes (les agoutis sur terre et les loutres dans l’eau) et de leur bouche (les pacous). Il faisait très chaud. Le plat était très bon bien que nous n’ayons pas eu le choix. Tout le monde a trouvé cette journée très intéressante mis à part un élève qui n’a pas trop aimé. ©Tieno

VENDREDI 30 NOVEMBRE :
Un spécialiste des animaux et des végétaux est venu à l’école. Il nous a montré des animaux comme : le renard, une corneille noire, une perdrix, une grive, un blaireau etc…Il a ensuite donné des explications sur les haies vives. Puis nous sommes allés en bord de Seine pour planter des haies vives qui sont utiles pour les animaux. Des tranchées avaient déjà été faites par les organisateurs.
Nous avons choisi nos plantes et on les a posées en les espaçant de 80cm. Puis on les a recouvertes de terre. © Delia-Luz

LES BORDS DE SEINE REDEVIENNENT SAINES :
L’opération “Berges Saines“ a réuni des habitants courageux et motivés. Après d’importantes inondations, la Seine a apporté des déchets. Quand elle est redescendue malheureusement elle a tout laissé dans les champs : bouteilles, cartouches de fusil, bouchons plastique etc…Donc nous avons rassemblé des courageux : ils étaient une trentaine d’habitants et des enfants de l’école de Giverny. Le maire de Giverny a acheté des grillades que nous avons mangées sur la plage. A la fin de la journée ils nous ont distribué des sacs et des T-shirt. ©Marion

Critiques de livres et de films 2013

DRAGON :
Dans un village nommé Beurk, pendant la nuit, des dragons volent la nourriture et brûlent la maison des hommes. Harold, fils du chef, veut prouver qu’il peut être un viking. Il va essayer de tuer un dragon, un Furi-nocturne. Puis il va découvrir la face cachée des dragons. Il lui arrivera plein d’aventures. Certains passages sont longs mais l’histoire est intéressante. On a vraiment l’impression que les dragons sont réels même si ils ont des noms bizarres. Les décors sont très bien dessinés. Durée : 1heure 20. Ma note sur 10 : 8,5/10. ©Maëlle

HARRY POTTER et les reliques de la mort 2ème partie :
Réalisé par David YATES d’après le livre de J-K-ROWLING. Ce réalisateur utilise encore Daniel RADCLIFF pour Harry POTTER, Emma WATSON pour Hermione GRANGER et Ruppert GRINT pour Ron WEASLEY, nos 3 héros… La durée de ce film est de 2 heures 18. Dans ce 8ème épisode Harry continue sa recherche des Horcruxes. Une terrible guerre est déclarée entre Harry et VOLDEMORT. Harry réussira-t-il à trouver et détruire toutes les Horcruxes ? Il faut avoir vu tous les autres Harry POTTER pour comprendre le dernier. Les décors
sont beaux, bravo aux acteurs qui ont bien joué leur rôle et les musiques étaient bien sélectionnées pour les moments tristes. Je conseille aux amateurs d’Harry POTTER d’aller voir ce film. ©Guillaume

KID PADDLE :
Mission Quasiment Impossible
Mon nom : Kid Paddle. Avec mes potes, Horace et Big Bang, on a une spécialité : les idées. On en a 12 par minute. Cette fois là, notre idée était de sauver Globax qui était enfermé dans le laboratoire du professeur de biologie, Dissékator.Les noms de code des personnages sont bien choisis pour la mission de sauvetage. C’est un livre plutôt drôle. D’après Midam le nombre de pages est de 88. Édition : Bibliothèque verte. Note sur 10 : 8/10. ©Anas

LA GUERRE DES CLANS :
Retour à l’état sauvage livre 1 Erin Hunter Depuis des générations, fidèles à leurs ancêtres, quatre clans de chats sauvages se partagent la forêt en s’aventurant dans les bois. Rusty, petit chat domestique, est loin de se douter qu’il deviendra bientôt le plus valeureux des guerriers. C’est triste. Il y a des combats et de l’aventure. Pour les enfants à partir de 7 ans. Pocket jeunesse. 306 pages. ©Célian M.

GIVERNY – LE TRACTEUR « JOHN DEERE »

Après plusieurs reports dûs aux contraintes inhérentes aux budgets limités de notre commune, nous avons acquis en juillet 2013 un tracteur de la marque « John Deere ». Cette date coïncide avec l’embauche de deux jeunes jardiniers : Lionel CHATRE et Boris LEBLANC, en remplacement d’Alain MANGE, heureux retraité, et de Dominique LEFEBVRE en longue maladie. Il s’agit d’un matériel à 4 roues motrices avec un moteur diésel de 30 ch. doté d’un système de gestion de puissance et équipé d’une petite benne. Pourquoi cet achat ? Jusqu’à présent nous étions équipés d’un modeste engin aux performances limitées à la tonte du gazon et inadapté pour tracter l’épareuse*, que nous possédions. Cette acquisition permettra d’entreprendre de nouveaux travaux et notamment l’entretien des chemins du coteau, qui ne pouvaient être nettoyés régulièrement et étaient cédés à la sous-traitance. La dépense (tracteur, tondeuse et benne) est de 26.000 euros T.T.C., payable en 16 trimestrialités à 0%. Premier versement trimestre échu : 20/09/2013
* Terme parfois employé pour nommer une machine qui coupe les buissons et l’herbe au bord des routes ou dans le cadre de travaux agricoles. Le terme plus généralement acquis pour un tel matériel est faucheuse / débroussailleuse hydraulique.

 

GIVERNY – LE COMITÉ DES FÊTES | 2013-2014

Depuis sa création, le 25 mai 2010, le Comité des Fêtes de Giverny compte plus d’une centaine d’adhérents. La diversité des fêtes publiques étant une richesse inscrite dans le patrimoine local, le Comité des Fêtes de Giverny propose un programme de festivités dans une démarche de qualité.

CELA S’EST PASSÉ EN 2013

Le 29 juin “Repas au bord de l’eau“ avec plus de 150 participants. Le “Bal du 13 juillet“ grande fête nationale qui a réuni l’ensemble des givernois dans un esprit guinguette. Le 5 et 6 octobre « Les Automnales de Giverny » à l’Espace BAUDY dans sa 3ème édition, avec le soutien de tous les acteurs économiques du village, que nous remercions à nouveau, ainsi que les bénévoles. Le 25 octobre « Tablao Flamenco » avec en invité Manuel Malou et notre saison « Ciné-Club » en période hivernale. Ces rendez-vous vous les retrouverez cette année 2014 avec la volonté d’y inscrire un voyage à Venise. Pour maintenir la qualité de ces événements il est vrai que le financement est de plus en plus difficile. C’est pour cela que le Comité a besoin de votre soutien en devenant membre adhérent par une cotisation de 15 euros ou 25 euros pour un couple pour l’année 2014. Un grand merci à tous les bénévoles et adhérents pour cette année 2013 et nous souhaitons la bienvenue à tous les nouveaux membres qui nous rejoindrons cette année. Règlement à l’ordre du Comité des Fêtes de Giverny.7 rue Blanche Hoschedé-Monet 27620 GIVERNY
Tél : 06 75 22 33 73
Email : cdfgiverny@gmail.com

LE BUREAU
Président : Philippe CHAUVEAU
Vice-Président : Jacques Falc’hon
Trésorier : Daniel DROIN
Trésorier Adjoint : Monique DELEMME
Secrétaire : Diana GUILLAUME
Secrétaire Adjointe : Claire LOMBARD-DUFEU

Saison 2014

CINÉ-CLUB (5ème Édition)
Auditorium du musée des Impressionnismes.
A chaque séance, 6 films au choix (années 50)
dans des thématiques différentes, des actualités
années 50 avec l’incontournable entracte animé
par nos charmantes ouvreuses, Elisabeth et
Claire, et notre chef barman Michel.
Entrée libre dans la limite des places disponibles

REPAS-GUINGUETTE (5ème Édition)
Samedi 28 juin à partir de 19h30 au bord de l’Epte
près de la salle des fêtes, suivi d’un bal avec
orchestre. Le montant de la participation sera
fixé en début d’année.
Tarif réduit aux adhérents. Apéritif et baby-sitting
offert par le Comité des Fêtes.

BAL DU 13 JUILLET (6ème Édition)
Dimanche 13 juillet bal populaire, cour de
la mairie, avec orchestre. Buvette et grillades.
A partir de 19h30.

AUTOMNALES DE GIVERNY (4ème Édition)
Les 4 et 5 octobre, de 10h à 19h Espace BAUDY.
Entrée libre.
Grande exposition-vente d’artisanat d’art, de
plantes et d’arbustes rares et anciens, de
livres, de produit régionaux, décoration et
brocante de jardin, répondant à une sélection
haut de gamme, qualitative, traditionnelle
comme innovante.

CONCERTS-SPECTACLES (6ème Édition)
Concert spectacle de fin de saison touristique
à l’auditorium du musée des impressionnismes,
fin octobre.

VOYAGE À VENISE

Aller-retour en avion. 4 nuits-3jours à
Venise. Automne 2014. Visites de Saint-Marc,
Palais des Doges, le Pont des Soupirs… Excursions
aux Iles de la Lagune, promenades dans
les quartiers atypiques et insolites.
Tarifs réduits aux adhérents.

 

 

GIVERNY – RENOUVELLEMENT DU RÉSEAU D’EAU POTABLE RUE CLAUDE MONET

Avant de continuer les tranches 2, 3 et 4 des travaux rue Claude Monet, la municipalité a obtenu, auprès du service Eau potable de la CAPE, le renouvellement de ce réseau dans la rue Claude MONET qui a débuté début Décembre et doit s’achever fin Février 2014.Ils consistent au renouvellement du réseau actuel sur 620 mètres linéaires ainsi que 35 branchements et 4 raccordements sur les conduites existantes venant des rues du Pressoir, du Château d’eau, Chemin du Roy, rue du Grand Val , suivi de la reprise de 3 poteaux d’incendie. Le réseau actuel vétuste sera remplacé par une conduite en fonte de diamètre 150 qui va permettre d’améliorer la
qualité de la distribution d’eau. Les travaux sont réalisés par l’entreprise BOUYGUES ENERGIES et SERVICES centre d’Evreux, et sont dirigés par les services de la Cape. Pour des raisons de sécurité et d’organisation de chantier, les travaux sont réalisés en route barrée et une déviation est mise en place. Les travaux se déroulent en plusieurs phases : BRANCHEMENTS INDIVIDUELS Les branchements sont refaits dans leur totalité, la conduite posée est en PEHD (Polyéthylène Haute Densité) et un citerneau est placé sur le domaine public en limite de propriété pour recevoir le compteur. La fouille est remblayée puis compactée en maintenant la tête en position haute, une couche de 10cm de béton maigre est placé en sous face d’appui de la tête afin de résister à une charge de 12,5 tonnes. Un système de télé-relève du compteur d’eau pourra être installé ; ce système permettra d’obtenir le relevé du compteur et de différentes informations sans avoir besoin d’accéder directement au compteur.

Avant la réalisation des terrassements, la voirie est rabotée avec une surlargeur de 10 cm par rapport à la largeur de tranchée sur une profondeur de 10 cm. Une tranchée est réalisée sur une profondeur de 1.30 m et une largeur de 0.50 m. Un lit de pose en sable est réalisé afin que les conduites reposent à plat sur toute leur longueur. Elles sont posées en fond de fouille et emboitées les unes aux autres, ensuite elles seront recouvertes de sable afin d’assurer la protection mécanique, puis comblée jusqu’au niveau de la route, à l’aide d’un béton autocompactant . Avant la mise en service, des essais d’étanchéité et de potabilité seront réalisés.
©Bouygues

 

 

GIVERNY – LE PASSAGE SOUTERRAIN

Une création murale de Michel DEBULLY intitulée « Le souffle du printemps » sera installée dans le passage piéton souterrain reliant les deux parkings à GIVERNY avant l’arrivée des touristes. Michel DEBULLY, artiste plasticien étant dans la suite de la mouvance de l’art concret et de l’art construit, propose une oeuvre où la couleur avec ses effets aléatoires procure un effet lumineux dans ce passage obscur. Dans ses recherches plastiques, il s’entretient avec le hasard, si mystérieux soit-il, qui a une place si importante aujourd’hui dans la physique quantique.

 

 

GIVERNY – LE CHEMIN DE FER À GIVERNY

LIGNE GISORS – GIVERNY – VERNONNET – VERNON – PACY

UN GRAND MERCI À M. CHRISTIAN BRONNER UN GASNYTOIS FÉRU DU MONDE DU RAIL, POUR SES CONSEILS, SES AVIS ET SA DOCUMENTATION.

  • 1869 – GIVERNY EST ACCESSIBLE
  • 1870 – OUVERTURE DU PONT SUR LA SEINE
  • 1883 – CLAUDE MONET ARRIVE À GIVERNY
  • 1940 – LA FIN DU TRAFIC VOYAGEURS – DESTRUCTION DU PONT
  • 1969 – FIN DU TRAFIC MARCHANDISES ET VOIES DÉMONTÉES

A partir de 1830, le chemin de fer révolutionne la vie des gens, rendant plus facile et rapide tous les déplacements ! Le train a favorisé la communication entre Paris et la Normandie, le développement de l’activité commerciale et industrielle.
Avec la création du petit tortillard entre Giverny et Vernon le 15 juillet 1869, un événement a bouleversé la vie du village : l’arrivée de Claude Monet en 1883 et celle des peintres impressionnistes américains à partir de 1886, qui ont rendu ce petit village normand célèbre dans le monde entier. Imaginons un instant que nous montions à bord du petit train en gare de Giverny-Limetz, pour un voyage dans le temps ! Mais que reste-t-il du chemin de fer de Giverny aujourd’hui ?
Si les XXème et XXIème siècles voient la France se couvrir d’autoroutes, le XIXème dote notre pays d’un réseau de voies ferrées d’une densité extraordinaire. L’histoire des chemins de fer débute en Angleterre dans les années 1820 ; elle commence vraiment avec la découverte de la machine à vapeur. En France, il faut attendre 1827 pour voir s’ouvrir la première ligne, entre St.Etienne et Andrézieux, pour le transport du charbon. De nos jours, si le transport ferroviaire fait plutôt penser au transport de voyageurs, au XIXème siècle, il en est tout autre, il s’agit avant tout du transport des marchandises. Ce sera le mode de transport dominant durant près d’un siècle avant d’être supplanté par le transport routier automobile. La révolution industrielle de ce 19ème siècle a eu une forte influence sur la population française.
C’est elle qui va déplacer en masse nos ruraux, ouvriers agricoles, manouvriers vers les bourgs, et les villes où fleurissent les usines, manufactures, grands chantiers d’urbanisation ; les besoins de main d’oeuvre sont énormes. Un réseau de grandes lignes convergent toutes vers Paris, à côté se construit un maillage extraordinaire de lignes secondaires raccordant toutes les préfectures et sous-préfectures. Le département de l’Eure n’est pas en reste puisque environ une trentaine de tronçons de lignes se construisent entre 1855 et 1910. C’est ainsi que nous allons nous intéresser aux tronçons: Gisors-Vernonnet ouvert le 15 juillet 1869, Vernonnet-Vernon le 15 mai 1870, Vernon-Pacy-sur-Eure le 1er mai 1873 jusqu’à la fin de cette aventure.

Nous y sommes !
Giverny entre dans le transport moderne des voyageurs et des marchandises. Il faut se souvenir qu’à cette époque et depuis toujours on marche pour aller travailler, on marche pour aller à l’école, on marche aussi pour aller au marché du bourg ou de la ville. Le cheval, la voiture à cheval, sont l’apanage de la bourgeoisie et des propriétaires. Dans chaque village se construisent la mairie et l’école. Il y a déjà des boutiques d’alimentation, des cafés-buralistes, des estaminets, des marchands ambulants et aussi des boucheries et des boulangeries dans les plus grandes bourgades. Les maraîchers, fermiers, artisans, vont vendre leurs produits à pied au marché, tirant carriole, poussant brouette, dès que la distance reste raisonnable.
Notre ligne à voie unique dessert 18 gares ou haltes. Giverny est une halte. Au début de l’exploitation, pour monter, le train s’arrêtera seulement si vous êtes à quai. Pour descendre vous aurez eu la précaution de prévenir le préposé au départ, afin que le train stoppe ! Vous aurez acheté votre billet au guichet de la gare ou de la halte, mais attention à la sortie, un employé vous attendra casquette retournée en main, pour récupérer votre titre de transport. On ne saute pas encore les tourniquets de sortie, mais déjà des « tricheurs » grimpent en marche sur les marchepieds des wagons pour se déplacer gratuitement…
Imaginons ce chantier, point de pelleteuse ou autre engin de travaux publics, tout est fait à la main, des pelles, des pioches, des
barres à mine et toute une noria de brouettes, de tombereaux tirés par des chevaux pour transporter les déblais, les matériaux…
Sous la houlette de Monsieur l’Ingénieur, de géomètres, d’arpenteurs, de contremaitres, de chefs d’équipe, beaucoup de terrassiers, de maçons et de bûcherons suent sang et eau tout au long du parcours de la future ligne. Une machine à vapeur et quelques wagons talonnent le chantier pour acheminer rails, traverses et matériaux. De même les travaux de construction des gares et haltes se multiplient, l’architecture standardisée est de type réseau Ouest. Les bâtiments ont un étage, le rez-de-chaussée pour le fonctionnement, l’étage pour le logement du chef de station. Les maisons des gardes-barrières sont plus modestes, pas d’étage. Les matériaux de construction utilisés sont : la pierre de Vernon, la brique et la tuile d’Auneuil ou l’ardoise de Trélazé.
Cette ligne Gisors-Pacy-sur-Eure entre dans les plans militaires d’une “super ceinture de Paris“ de Beauvais à Chartres. La
section Gisors-Pacy-sur Eure a été exploitée par cinq concessionnaires dont le dernier a été la S.N.C.F. à partir de 1938. De Gisors Ouest à Pacy-sur-Eure, nous avons journellement : 3 trains directs et 2 trains au départ de Vernon. De Pacy à Gisors : 2 trains directs plus 2 trains en correspondance avec changement à Vernon et 1 train limité à Vernon.

Maintenant « en voiture » !
Aujourd’hui, nous allons prendre le train de 13:43 à Giverny, parti de Gisors-Boisgeloup à 11:04, gare à l’embranchement de la ligne Serqueux-Pontoise, arrivant soit gare du Nord ou gare St.Lazare ; une exception, cette ligne ayant deux terminus différents.
Notre convoi aujourd’hui est de deux voitures de voyageurs à essieux, pas encore de boggie pour la suspension (sans chauffage), plus un fourgon de marchandises tiré par une locomotive à vapeur de type 030T Schneider à cylindres intérieurs. Le confort est spartiate, banquette en bois, la climatisation est assurée par l’ouverture des fenêtres de portières à l’aide d’une courroie. Attention aux escarbilles de charbon si vous avez la curiosité d’observer le paysage, penché à la fenêtre. Notre machiniste avec l’arrivée des 030T dispose dorénavant d’un habitacle fermé sur le devant. Il est affublé d’énormes lunettes, le visage souvent à l’extérieur de sa machine pour contrôler les panneaux de signalisation. N’oublions pas que nous sommes sur une voie unique, les croisements se faisant dans les gares les plus importantes, il faut être vigilant. De plus, il prévient d’un coup de sifflet à vapeur de l’arrivée de son convoi, avant chaque passage à niveau ou pour saluer une connaissance… Un coup de sifflet et la locomotive surgit dans un nuage de vapeur à la station Giverny-Limetz. Notre chef d’escale arrête son chariot à bras (la Marie) à hauteur du fourgon de marchandises, pour confier au préposé quelques colis.

On s’installe dans un compartiment de huit places assises, se faisant face, occupées par deux personnes sur lesquelles nous manquons de nous affaler au démarrage du convoi. Une paysanne encombre l’essentiel du plancher avec ses paniers, un homme corpulent dévore un énorme casse-croûte de charcuterie enveloppé dans du papier journal, une chopine de vin bloquée entre ses brodequins à clous. En voiture, on dépasse le passage à niveau du pont de Limetz, puis les deux petits ponts métalliques sur l’aqueduc des Moines, qui résonnent au passage du convoi. Ensuite on franchi le passage à niveau de l’entrée ouest du village qui traverse la route de Vernon. La colline à notre droite, nous admirons la forêt de Bizy sur le coteau d’en face. Arrêt en gare de Vernonnet, après avoir traversé la rue Jules Soret protégée par un passage à niveau, il est 14heures 02. Là, des ouvriers s’activent autour d’un fardier qu’ils déchargent d’un impressionnant bloc de pierre venant des carrières de Vernonnet sur un wagon plat à l’aide d’une grue à manivelle.

Notre train repart, dépasse le passage à niveau de la rue de la Chaussée, emprunte ce qui est aujourd’hui la sente René Cassin, passe en plein milieu de la nouvelle école Pierre Bonnard, un virage à gauche et nous empruntons le viaduc sur la Seine. Passage de la Seine, nous arrivons à Vernon rive gauche, à notre droite l’ex-hôtel de France aujourd’hui Parc de Chine, traversée de la route de Rouen sur un pont de pierre et tablier métallique, le talus de l’avenue Foch, traversée de la rue St. Lazare sur un petit pont puis un aiguillage manuel nous fait obliquer à gauche, gare de Vernon, il est 14 heures 08. Terminus pour les uns, desserte vers Paris St.Lazare, Rouen, Le Havre, pour les autres. Nous repartons de Vernon, une petite marche arrière jusqu’au talus de l’avenue Foch et l’aiguillage nous renvoie cette fois tout droit, il est 14h33. De nouveau un pont pour enjamber la grande ligne Paris-Le Havre et la rue de Montigny. Ensuite, un virage à gauche et nous empruntons ce qui est aujourd’hui les boulevards Julien Devos et Georges Azémia, trois passages à niveau, avenue d’Evreux (Montgomery), rue de Bizy et avenue de l’Ardèche. Notre voyage se poursuit en abordant le passage le plus difficile d’un tracé sinueux et accidenté avec une rampe atteignant un dénivelé de 1,70 m pour 1 000 m.

L’itinéraire contourne la forêt de Bizy par l’est en empruntant le chemin du Petit Val. L’hiver c’est un cauchemar, les premières machines à vapeur peinaient à conjuguer l’équation : pente, givre ou neige. Le convoi s’arrête s’il n’est pas attelé de deux locomotives, une à l’avant, l’autre à l’arrière, dans ce cas, tout le monde descend et les messieurs sont invités… à pousser ! Hissé sur le plateau de Blaru, notre convoi dépasse la gare de Douains à 15 heures, il sera 15h10 au terminus de Pacy-sur-Eure, terminus ou correspondance Orléans-Rouen.

CLAUDE MONET ET LES PEINTRES IMPRESSIONNISTES AMÉRICAINS
Claude Monet n’aurait jamais pu autant voyager sans le train ! Les premières lignes facilitent l’accès aux sites de la vallée de laSeine. Il pourra ainsi se rendre souvent à Paris, Rouen, Le Havre, Dieppe. En 1883, Claude Monet, à la recherche d’une nouvelle maison, part à bord de ce train qui va de Vernon à Gisors, soit 14 ans après l’inauguration de la ligne le 15 juillet 1869, Il découvre à travers les fenêtres, ce petit village où il restera jusqu’à la fin de ses jours. En face de la maison en contrebas du Chemin du Roy, passe la voie de chemin de fer, ce qui fera dire à Georges Clemenceau « et en plus, il a le train chez lui ! ». Il avait l’habitude de faire signe au machiniste pour arrêter le train en bas de sa propriété. Sans savoir que Claude Monet s’était installé à Giverny, les premiers peintres de la colonie américaine remarquent aussi Giverny parce que le village est visible de la voie de chemin de fer Paris-Le Havre, juste avant la correspondance de Vernon.

Les artistes ont choisi ce thème de modernité pour peindre des paysages ferroviaires, des gares, des trains dans la campagne ou sous la neige. On pourrait citer «Train dans la campagne » en 1870 où apparaît la fumée du train dissimulé derrière le paysage, la première série constituée de 12 tableaux « La Gare Saint-Lazare » de Claude Monet en 1877 où il étudie les effets de lumière à différentes heures et «Le Train dans la neige, la locomotive» peint dans la gare d’Argenteuil en 1885. Il ne peint aucune représentation du train de Giverny et la colonie des peintres impressionnistes américains était davantage attirée par le motif du paysage et de la lumière.

FIN DE L’AVENTURE
Le trafic voyageurs peu important, car il faut plus de 3 heures pour parcourir 56 kilomètres, est peu attractif et Il sera arrêté le 1er juillet 1938 sur le tronçon Vernon-Pacy-sur-Eure et le 1er mars 1940 sur Vernon-Gisors. Le viaduc sur la Seine à Vernon est un ouvrage Eiffel de cinq travées en treillis métallique, d’une longueur de 214 mètres, posé sur des piles rondes de pierre. Ce viaduc va subir deux destructions au cours de la guerre de 1939-1945. Nous sommes en juin 1940, il sera détruit à l’explosif par le génie français qui fait sauter deux travées, afin de tenter de contenir l’avancée des troupes Allemandes. Réparé, un bombardement allié en 1944, le rendra définitivement inutilisable. Vernon est coupé définitivement de la ligne de Gisors, dorénavant Vernonnet sera tête de ligne. Par suite, le trafic de voyageurs se fera par la route. La STAO, une Compagnie Mancelle, assure des trajets journaliers Vernon-Gisors et retours.
Le trafic de marchandises lui, est encore rentable. Dans la vallée de l’Epte entre Gisors et Gasny se sont implantées de nombreuses entreprises industrielles et artisanales : Durand à Dangu, Schmidt à Château-St.Clair, la Vieille-Montagne à Bray-Ecos, la cartonnerie Clergeau (devenus SCA Emballage France et Prat & Daniel, l’AAFSA maintenant) à Gasny, et aussi beaucoup d’artisans, fabricants de meubles, de fûts à cidre, de tubes en acier et des pièces en fonte. Toutes ces industries Gasnytoises sont alimentées en électricité par une centrale hydroélectrique sur l’Epte.
Après guerre, c’est une motrice Diesel (grosse BB 63800 verte ou modeste Y 8450 jaune) tirant 3 à 5 wagons selon la demande, qui assure un trafic mensuel allant jusqu’à 150 wagons, représentant plusieurs milliers de tonnes. Les bouleversements économiques de cette 2ème moitié du XXème siècle vont précipiter la fermeture les unes après les autres de la plupart de nos industries locales et accélérer le déclin du trafic ferroviaire. Le transport routier plus souple s’organise, s’étoffe, et va signer la faillite du fret par rail.

QUE RESTE-T-IL DE NOS JOURS DES 56,1 KM DE « NOTRE » LIGNE ?
Du tronçon Vernon-Pacy-sur-Eure, nous savons que l’occupant allemand le fit démonter en 1941, pour la réalisation du mur de l’Atlantique. Les autres voies vont être démontées entre 1969 et 1996.
Du tracé vernonnais, reste visible une arcade du viaduc au niveau du Parc de Chine. Cette voie empruntait ensuite le talus de l’avenue Foch arasé en partie pour laisser place à quatre pavillons, passait au-dessus de la rue St.Lazare, rejoignait la gare de Vernon. et la zone actuelle de parking. A Vernonnet, la gare à fait place à un immeuble d’habitation.
Ensuite à l’est, le tracé est devenu un charmant chemin de promenade, à l’abri de la circulation automobile,et cela jusqu’à Giverny. Le passage à niveau a été supprimé pour l’aménagement d’une nouvelle route départementale,soulageant la rue Claude Monet du trafic routier. Nos deux petits ponts sur le ru sont toujours là, dans l’alignement d’un autre chemin de promenade, par contre
le passage à niveau du pont de Limetz a disparu. Notre gare, pardon halte, toujours présente, est devenue salle des fêtes avec l’adjonction d’un bâtiment moderne, ensuite c’est une rue desservant une zone de pavillons. Plus loin, le tracé se devine dans un herbage.
En règle générale, les gares, passages à niveaux, haltes ont été rachetés et restaurés, par des particuliers, à la condition d’en garder le cachet d’origine, comme le numéro du passage chiffre blanc sur fond bleu, sur l’angle visible de la voie. Un des plus représentatifs est celui situé avant l’entrée du village de Fourges.
La gare de Gasny a été détruite, pour laisser place à un lotissement d’une vingtaine de maisons et une rue de l’Industrie ; celle de Bray et Lu a été transformée en deux logements sociaux. Restent visibles quelques mètres de tronçon de voie et un signal à Gisors le long de la route venant de Boisgeloup ainsi qu’à la bifurcation de la ligne de Pont-de-l’Arche.
Enfin, et c’est le devenir de l’ensemble de cette ligne, une voie verte. C’est chose faite de Gisors à Gasny et en projet de Gasny à Vernonnet. Ainsi, promeneurs, sportifs y trouveront un tracé protégé, respectueux de la nature, en lieu et place de notre voie ferrée, modeste artère d’un trafic commercial qu’exigea cette révolution industrielle, véritable entrée dans l’ère moderne.

© Daniel DROIN – Diana GUILLAUME – Monique DELEMME

 

 

GIVERNY – LA PLAQUE ANTI-MENDICITÉ DE GIVERNY

Tous les Givernois ont remarqué la plaque anti-mendicité, en fonte, fixée sur une habitation au 29 rue de Falaise, sur laquelle est écrit avec des lettres en relief : « La mendicité est interdite dans le département de l’Eure ». Nous avons là un témoignage rare de l’existence d’autrefois, à une époque où la mendicité, le vagabondage était chose courante. En effet toute une partie de la population vivait dans la précarité : une crise économique entraînait de nombreuses personnes dans la mendicité, seul moyen de survivre. En temps ordinaire la charité, inspirée par les préceptes de l’Église, permettait d’assurer aux pauvres de la commune un
minimum de ressources alimentaires, mais en cas de grandes difficultés, des hordes de vagabonds étrangers arrivaient dans le pays, créant peurs et angoisses pour les habitants. Ainsi en 1846-1847, dans le Vexin normand des bandes de mendiants se répandirent dans les campagnes et exigèrent des aumônes, comme le signalait alors le préfet au ministère de l’Intérieur. Face à ces phénomènes souvent massifs les maires étaient bien démunis, surtout dans les petites communes aux ressources financières très modestes. La répression était la seule attitude adoptée par les autorités publiques, aussi bien nationales que locales. En 1808, Napoléon 1er avait interdit la mendicité qui devenait un délit passible des tribunaux et c’est cette législation qui va régir le statut du vagabond durant tout le XIXème et le début du XXème siècle, avec une grande constante : la totale inefficacité des mesures répressives.

Napoléon en interdisant la mendicité avait prévu la création dans chaque département d’un dépôt de mendicité où seraient enfermés les mendiants, les vagabonds, les trimardeurs, les chemineaux*… Le Conseil Général du département de l’Eure connaissait parfaitement la loi mais rechignait à créer un dépôt de mendicité dont le fonctionnement coûterait cher ; à cette époque, les élus comptaient les deniers des contribuables sous à sous, comme des paysans avares ; d’ailleurs les budgets du Conseil Général de l’Eure
étaient des plus restreints et les quelques milliers de francs affectés à l’assistance n’étaient même pas dépensés! Dans ces conditions il n’était pas question de créer un dépôt de mendicité et les gendarmes ne pouvaient
ainsi pas arrêter les vagabonds puisqu’ils ne savaient pas quoi en faire.
* Celui qui parcourt les chemins et qui vit de petites besognes, d’aumônes, de larcins.

Au début de la Troisième République, en 1874, le Conseil Général de l’Eure décida enfin de prévoir un dépôt de mendicité, mais pour faire des économies, il fut décidé de s’associer avec un département voisin qui en possédait un, et c’est ainsi que les mendiants de l’Eure devaient être envoyés à… Beaugency, dans le Loiret ! Nous pouvons imaginer la commodité d’une telle décision pour les gendarmes de Bernay ou de Pont-Audemer qui devaient, en train, conduire les malheureux dans ce lointain dépôt. Concrètement, il est facile de comprendre que cette mesure, une fois de plus, ne servit à rien, même si le préfet baron Jules Sers avait pris un arrêté péremptoire, le 23 décembre 1875, pensant éradiquer définitivement la mendicité sur son territoire. Les maires reçurent cependant l’ordre de poser des plaques anti-mendicités, en particulier aux entrées du département de l’Eure ; il n’en reste à ce jour que deux, l’une sur l’église de Chéronvilliers, dans le canton de Rugles, aux portes de l’Orne et celle de Giverny, devant la route qui venait de l’ancienne Seine-et-Oise. Cette plaque nous rappelle un temps qui n’est pas si éloigné où la misère constituait le quotidien de beaucoup de gens où aucune mesure de solidarité n’existait pour les plus fragiles.

Mes remerciements à Anthony Kitts qui m’a transmis l’affiche conservée aux archives départementales de l’Eure. Carte postale d’un mendiant normand dans les années 1900 (coll. de l’auteur). Le « bon mendiant », alors, est un type social : il est représenté vieux, barbu et hirsute, vêtu de vêtements élimés et coiffé d’un feutre informe, portant un sac où il sert tout son bien, un bâton à la main puisqu’il est condamné à errer éternellement pour trouver sa pitance quotidienne.

Jean BABOUX

 

 

GIVERNY – SCULPTURE SUR PIERRE DE VERNON

MAI 2013 À GIVERNY OU LA PIERRE MAGNIFIÉE Une fois encore, grâce au dévouement des membres du Club 41 de Vernon, grâce aux généreux mécènes, grâce à la bienveillance et à l’aide de la municipalité de Giverny, les 7ème Journées de la Pierre sur le thème « L’ Animal dans l’Art » ont connu un retentissant succès les 25 et 26 mai 2013. 36 sculpteurs étaient réunis sur l’Espace Baudy et le public est venu nombreux. Il y avait même un orchestre de jazz ! Décerné par un jury présidé par Mme France Poulain, architecte des Bâtiments de France, le 1er prix, offert par les Amis du Musée de Vernon, est allé à une superbe « tête d’âne », cet animal dont Victor Hugo fit le symbole de l’humble sagesse. Cela convenait à merveille ! Rendez-vous en 2015, pour les 8ème Journées, si vous le voulez bien !

Gérard GENGEMBRE – Secrétaire du club 41

 

 

GIVERNY – L’EXPOSITION INTERNATIONALE DE PASTEL DE GIVERNY

L’exposition internationale de pastel de Giverny s’est déroulée du 1er au 9 juin 2013. Elle a accueilli près de 2400 visiteurs sur 8 jours. La fréquentation de l’exposition a été continue et particulièrement importante cette année. Il a été présenté au
public 129 pastels de 57 artistes (France, Canada, Espagne, Ile Maurice, Russie, Slovénie, Écosse etTaïwan) – 91 oeuvres ont été retenues (44 artistes adhérents) parmi les 455 propositions qui nous avaient été faites sur dossier et par une sélection « à l’aveugle » (images anonymes) avec huit juges qui ne se sont pas concertés.
- 16 oeuvres étaient présentées par 6 anciens invités d’honneur APF.
- 22 oeuvres provenaient de 7 de nos invités Canadiens (Société de Pastel de l’Est du Canada).
Cet événement s’est prolongé par une participation à l’exposition de Notre Dame de Gravenchon, en partenariat avec l’association
“Expressions“, du 14 septembre au 27 octobre 2013.

Organisation VERNISSAGE
Le vernissage de l’exposition s’est déroulé le samedi 1er juin 2013 en présence des représentants de notre invitée d’honneur :
LA SOCIÉTÉ DE PASTEL DE L’EST DU CANADA (PSEC). PSEC était représentée par Suzanne Godbout (précédente Présidente de la Société)
et deux Maîtres Pastellistes Canadiens : Horace CHAMPAGNE et Juan CRISTOBAL.
PRIX ET RÉCOMPENSES
Un jury, indépendant de notre association a décerné les prix suivants :
- 1er prix (décerné par « Le Géant des Beaux Arts ») attribué à Madame Christine DUMONT,
- 2ème prix (décerné par « Les Pastels GIRAULT » attribué à Monsieur François MALNATI,
- 3ème prix (décerné par Madame Terri Ford) attribué à Madame Danièle TRIGALET,
- 4ème prix (décerné par PSA (Pastel Society of America) attribué à Madame Anne VERSTOVA,
- 5ème prix (décerné par APF ‘Art du Pastel en France) attribué à Monsieur Daniel DAVOINE.

STAGES ET DÉMONSTRATIONS
Comme à l’accoutumée, cet événement à été accompagné de stages et de démonstrations par des peintres participant à l’exposition.

Ces stages ouverts à tous se déroulaient par demie ou journées complètes, à l’extérieur de l’exposition quand le temps le permettait, sinon sous une tente de réception proche de la salle d’exposition. ONT PARTICIPÉ À CES STAGES ET DÉMONSTRATIONS :

  • Horace CHAMPAGNE (MP PSEC)
  • Juan CRISTOBAL (MP PSEC)
  • Christine DUMONT (France)
  • Geneviève SÉSIA (France)
  • Patrick HENRY (France)
  • Alexandre VERSTOF (Russie)

Pour 2014, notre invité d’honneur, Monsieur Claude Favard-Bonnot, sera présent à Giverny et participera à l’animation de la manifestation. Au cours de cette exposition, qui se déroulera du 31 mai au 8 juin 2014, seront organisés des démonstrations de peinture au pastel ainsi que des stages ouverts à tout public. Notre exposition se déroulera durant la “Fête de la Peinture“ organisée par le département et contribuera à donner un éclat particulier à cette manifestation. Une journée dite “des pastellistes“ regroupera, le lundi 2 juin, les membres de notre association pour peindre en plein air au bord de l’Epte. Cette journée, favorable aux échanges entre amateurs et professionnels, se déroulera autour d’un pique-nique convivial.

Bernard TEXIER
Président de l’Association Art du Pastel en France
Site de l’association : http://www.artdupastelenfrance.fr
Site de notre invité d’honneur : http://www.favard-bonnot.fr

 

 

GIVERNY – SAUVONS LES MESSICOLES !

Extraits d’une publication du Conseil Général de l’EURE*
Etymologiquement : compagnes des moissons « messicole » provient du latin messis
[moisson, associé au suffixe – cole du latin colere = habiter].

Les messicoles sont des plantes qui se développent préférentiellement dans les moissons. Afin d’améliorer les connaissances sur leur localisation, le Département de L’Eure a lancé un plan départemental d’actions en faveur des fleurs des champs, “…nos fleurs des champs font en effet partie de notre patrimoine naturel et culturel…“ Jean Louis Destans. Un observatoire participatif, afin de suivre l’évolution de la cartographie, a été créé avec de nombreux partenaires dont la Chambre d’agriculture de L’Eure et le Conservatoire Botanique National de Bailleul.

DESCRIPTION DES MESSICOLES
En Haute-Normandie, la régression des messicoles est préoccupante. 1500 plantes composent la flore sauvage régionale, 97 sont des messicoles dont 22 sont présumées disparues, en raison de l’utilisation généralisée des herbicides chimiques et de pratiques culturales intensives qui favorisent l’élimination des ces espèces.
C’est pourquoi le plan national d’actions en faveur des messicoles a été repris par l’Eure qui est le premier département à se lancer dans un tel projet en France avec un plan d’action de 2012-2015. En 2008, un plan d’action local a été élaboré. Il comprend 4 volets :
- connaissance du patrimoine biologique
- maintien et rétablissement des espèces
- mise en place d’une filière jachères fleuries et apicoles à base de graines locales
- sensibilisation des habitants.

Beaucoup de ces plantes de l’antiquité viennent du Moyen-Orient. Elles sont adaptées à survivre aux labours et ont un rythme de vie calqué sur celui des moissons. Il faudrait y ajouter quelques vivaces. Au fil des ans, elles sont devenues d’indésirables mauvaises herbes qui freineraient les rendements céréaliers au point de chercher à les exterminer par le super-tri des semences et les herbicides aux molécules dangereuses.
* www.eure-en-ligne.fr

LES FLEURS INDIGÈNES
Restons modestes :
tout ce qui a traversé les âges et qui serait devenu inutile ne fait que souligner l’ignorance de celui qui le prétend ; tout simplement parce que le « durable » a été démontré et constaté bien avant qu’on en ait inventé le nom.
Restons simples :
les messicoles sont les bleuets, les coquelicots et bien d’autres en voie de disparition. Ce sont des plantes dont la dormance des graines et la floraison peuvent être levées par des coïncidences difficiles à maîtriser : la région, le type de travaux des sols, les saisons, la température, l’humidité…..elles sont annuelles, bisannuelles ou vivaces. La germination peut intervenir aléatoirement au cours des premières années.
Souvent les bleuets et les coquelicots sont les premiers à réapparaître, signe de vie sur des sols bouleversés, comme ceux des champs de bataille ou sur les bordures des champs cultivés inaccessibles aux traitements pesticides. Les messicoles sont une richesse pour la biodiversité et un indicateur à la sur-utilisation des herbicides – pourquoi pas ! Mais elles ont poussé avec l’homme, elles sont un héritage, une valeur économique pour l’alimentation et la pharmacopée. Elles sont un abri au formidable capital de gène unique pour les insectes. Elles sont utiles aux pollinisateurs comme les abeilles. Elles sont nourricières des oiseaux qui en sont dépendants comme les perdrix et les chardonnerets qui sont eux-mêmes prédateurs des pucerons et qui protègent ainsi les cultures.
L’irritation des yeux se soigne à la décoction de bleuet qui sert aussi pour traiter l’inflammation de la peau. Toutefois, Sainte
Radegonde ne nous l’a pas confirmé ! Le bleuet est un symbole aux multiples facettes : messagers des sentiments, soldats de la classe 15 au chemin des Dames, image de promotion sur les cartes postales, sujets de chansons et de poèmes, symbole de la réinsertion par le travail, mais surtout symbole des morts pour la France et reconnaissance envers ces soldats qui ont sacrifié leur jeunesse pour défendre la France. Les fleurs du coquelicot, quant à elles, en sirop soignent la toux et les Anglais les ont choisies comme emblème des anciens combattants. A Giverny, on ne peut pas oublier l’inspiration créatrice de Claude Monet par les coquelicots. « Les coquelicots à Argenteuil » 1873, « Champ de coquelicots près de Vétheuil » 1879, « Champ de coquelicots, environs de Giverny » 1885, « Champ de coquelicots à Giverny » 1890.
L’observation participative « A la recherche du bleuet perdu » a rencontré un vif succès : 90 Eurois ont répondu dont 2 Givernois. Le
18 décembre, animateurs et guetteurs se sont retrouvés autour du pot de l’amitié et ont annoncé l’édition d’un guide pour poursuivre l’inventaire des fleurs des moissons. La Commune de Giverny s’associe à cette action de sensibilisation et de sauvetage des messicoles et vous propose à vous, lecteurs, promeneurs, chasseurs, une planche qui vous aidera à les reconnaître. Vos observations rapportées en mairie pour le mois de mai seront les bienvenues. Giverny renouvellera ses semailles de jachères fleuries en préférant des fleurs indigènes, à l’entrée du village et sur le parking de “la prairie“.

Jean – François HEURTAUX

 

 

GIVERNY – LES ASSOCIATIONS GIVERNOISES 2014

LES AMIS DE GIVERNY
Cette association a pour but de « réunir tous ceux qui,
habitant ou non la localité, aiment Giverny et veulent
contribuer à son développement harmonieux en
veillant à la protection du site et souhaitent promouvoir
toutes activités destinées à sauvegarder le patrimoine
artistique et culturel de Giverny.» Elle compte 64 membres.
Président : Jean Pierre Paul – Tel: 02 32 51 28 22

LE COQUELICOT DE GIVERNY
L’association organise des manifestations et rencontres intergénérations
autour d’activités culturelles et de loisirs pour
tisser des liens entre les habitants du village.
Président : Norbert Favin – Tel: 06 33 47 12 79
Email : lecoquelicotdegiverny@sfr.fr

LA SOCIÉTÉ DE CHASSE
Président : Roland Sorin – Tel: 02 32 51 95 08

LES GOUPILS
Gymnastique, ping-pong, yoga, cours de tango, Qi-Gong
Président : Daniel Goupil – Tel: 02 32 51 28 22

LA GAULE GIVERNOISE
Association de pêche de 2ème catégorie, qui regroupe des
passionnés de pêche à la truite, gardon, brochet, carpe,
etc., au bord de l’Epte. L’accès aux berges est gratuit, en
contrepartie, les pêcheurs entretiennent les berges en
début de saison. Un concours est organisé en septembre.
Président : Rémi Broussais – Tel: 02 32 51 34 67

COMITÉ DES FÊTES DE GIVERNY
Association qui a pour but d’animer la commune par l’organisation
de manifestations d’ordre culturel, éducatif ou social.
Président : Philippe Chauveau – Tel: 06 75 22 33 73
Email : cdfgiverny@gmail.com

CLASSE DE CHANT
Professeur : Elisabeth Conquet-Chauveau
Comité des fêtes de Giverny – Tel: 06 75 22 33 73

GIVERNY-VILLAGE
Association qui regroupe celles et ceux qui développent,
une activité économique, artistique ou culturelle à Giverny
Président : Philippe Chauveau – Tel: 06 75 22 33 73
Site internet : www.giverny.fr

ECOLE D’ARTS DE GIVERNY
Cours de dessin et de peinture assurés par M. Michel Cribelier
Pour adultes et enfants – Tel: 06 82 41 37 80
Présidente : Marie-Christine Roty

FESTIVAL DE GIVERNY
Production de spectacles
Directeur Artistique : Eric Carrière
Tel : 02 32 51 02 96

SAUVEGARDE DU QUARTIER BAUDY
L’Association Sauvegarde du Quartier Baudy a été créée en
1989 afin de soustraire à l’emprise immobilière certaines
parcelles de terrain situées en face de l’Ancien Hôtel
Baudy, haut lieu historique de notre village. De nombreuses
activités ont pour cadre ce site unique.
Président: Stephan Ristich – Tel: 02 32 51 05 80

LES PLANCHES VERTES
COMPAGNIE – CHRISTÈLE GUYOT
Ecole et compagnie de théâtre avec créations et production
de spectacles.
Direction : Christèle Guyot – Tel: 06 27 99 33 12

ART DU PASTEL EN FRANCE
Association créée pour tous ceux qui souhaitent découvrir
ou partager la passion du Pastel.
Président : Bernard Texier – Tel: 02 32 58 07 22

 

 

GIVERNY – NOS RENDEZ-VOUS 2014

JANVIER
Mardi 28
Voeux de M. le Maire
Salle des Fêtes de Giverny

MARS
Dimanche 23
Elections Municipales

Vendredi 28
Ouverture de la saison touristique
« L’Impressionnisme et les Américains »
28 mars – 29 juin
Musée des impressionnismes Giverny

Dimanche 30
Elections Municipales

AVRIL
Samedi 12 et Dimanche 13
Exposition « Ecole d’Arts de Giverny »
Salle des Fêtes

MAI
Dimanche *
Bourse aux Plantes « Troc Main Verte »
Edition de printemps
Cour de la Mairie

Dimanche 18
Concert gratuit de la chorale « Traversière »
Association « le Coquelicot »
Église de Giverny

Dimanche 25
Elections Européennes

Samedi 31 mai au Dimanche 8 juin
« L’Art du Pastel en France »
Salle des Fêtes de Giverny

JUIN
Dimanche 2
Fête de la Peinture

Samedi 28
Repas au bord de l’Epte
Organisé par le Comité des Fêtes

JUILLET
Vendredi 11
« Bruxelles, une capitale impressionniste »
11 juillet – 2 novembre
Musée des impressionnismes Giverny

Dimanche 13
Bal populaire et grillades
organisés par le Comité des Fêtes
Cour de la Mairie
Retraite aux flambeaux
Clos Peter Edge – Cour de la Mairie

Lundi 14
Fête nationale

AOÛT
Samedi 21 au Dimanche 31
« Musique de Chambre à Giverny »

SEPTEMBRE
Samedi 6 et Dimanche 7
Le Moteur est dans le pré
Espace Baudy

Lundi 15 au Samedi 21
Festival de Giverny
Grande Ile

Vendredi 26 et Samedi 27
« Rock in the Barn »
Grande Ile

Dimanche 28
12ème « Foire à tout et brocante »
Espace Baudy et rue Claude Monet

OCTOBRE
Samedi 4 et Dimanche 5
4ème édition des
Automnales de Giverny
Organisées par le Comité des Fêtes
Espace Baudy

Samedi 4 et Dimanche 5
Fête de la Pomme – 3ème édition
Association « le Coquelicot »
Salle des Fêtes de Giverny

Dimanche *
Bourse aux Plantes « Troc Main Verte »
Edition d’automne
Cour de la Mairie

Samedi 25 et dimanche 26
Exposition de peinture
Lauréats de la Fête de la peinture
Salle des Fêtes de Giverny

Samedi *
Concert Organisé par le Comité des Fêtes
Auditorium du MDIG

NOVEMBRE
Mardi 11
Commémoration Armistice 1918
Remise des prix « concours des maisons fleuries »
Médaille du travail
Accueil des nouveaux givernois
Salle des Fêtes de Giverny

Vendredi *
Repas des Anciens
Salle des Fêtes de Giverny

Samedi 29 et Dimanche 30
Marché de Noël
Salle des Fêtes de Giverny

DÉCEMBRE
manche 14
Arbre de Noël
Auditorium du MDIG

* DATES INDÉTERMINÉES

 

 

GIVERNY – LE CARNET 2013

Décès
Monsieur André LARCANCHÉ, le 18 mars
Grand-père de Élisa DUPONT
Madame Yvette LE BIHAN, le 23 avril
Madame Simone CLOOS, le 7 juillet
Maman de Christine CLOOS
Monsieur Alain CAMPION, le 3 septembre
Madame Simone PREVOST, le 27 novembre
Maman de Monique FALC’HON et Roberte SINGEOT

Nous adressons aux familles nos sincères condoléances.

Naissances : petits givernois
Matthias MARTINEZ, fils de Daphné SINGEOT et Miguel MARTINEZ,
petit-fils de Roberte et Philippe SINGEOT, le 17 février
Gabriel DELAPORTE, fils d’Emilie et Cédric DELAPORTE,
petit-fils de Patricia et Jean-Marie GUIBET, le 18 septembre
Nathan BOUQUET, fils de Christophe et Gwendoline,
petit-fils de Fabienne, arrière petit-fils de Nicolle PRIER, le 4 août
Hector et Albert, fils d’Amélie et Paul SIMPSON,
petits-enfants de Christine, Jacques THOMAS, le 19 août
Clément DENIS, fils d’Éric DENIS et de Chrystèle GALMARD, le 19 décembre

Avec toutes nos félicitations aux heureux parents et grands-parents.

Mariages :
Leny ESCUDERO et Céleste BETTENCOURT, le 5 juillet
Xavier BADIE-CASSAGNET et Emilie PAUL, le 6 juillet
Xavier CAES et Johanne PIARD, le 16 novembre
Pierre DUCROCQ et Marie-Thérèse CIPRIANI, le 14 décembre

Toutes nos félicitations aux heureux mariés.

Noces de diamant :
Monsieur et Madame Henri SAMSON, le 18 mai

Noces d’or :
Monsieur et Madame Claude BOUQUIN, le 29 juin
Monsieur et Madame LESUEUR-VINGTTROIS,
ont renouvelé leurs voeux de mariage le 12 octobre

Madame Micheline LAPLACE
Notre amie Micheline, conseillère municipale de 1995 à 2008, s’en est allée le 1er mars dernier. Elle était Givernoise depuis les années 50, elle y résida avec son époux durant toute sa vie active, chaque fin de semaine et l’été. Elle fut la doyenne du Conseil Municipal et participa pleinement à la vie communale, mettant ses compétences au service de Giverny. Elle participait avec beaucoup d’intérêt aux diverses réunions et fut un membre très actif des commissions. Elle a été, jusqu’à 70 ans, Secrétaire Générale de
la Compagnie du Midi et avait reçu la Légion d’Honneur à ce titre. Elle fut longtemps secrétaire de l’association « Les Amis de Giverny ». Nous ne l’oublierons pas.

Monsieur Hervé RIVOALLAND
C’est avec une grande peine que Monsieur le maire et l’ensemble du conseil ont appris le départ de Hervé Rivoalland le soir du jeudi 14 mars 2013. Il aimait la vie et nous l’avons vu combattre courageusement contre le mal qui devait l’emporter, faisant une confiance absolue dans l’équipe médicale qui l’avait pris en charge, à tel point que parfois nous pensions qu’il en sortirait vainqueur. Il avait su parfaitement s’intégrer à Giverny et participer à la vie du village en s’engageant dans l’équipe municipale en 2008. Ses avis et ses conseils étaient très constructifs, avec une grande tolérance et courtoisie pour tout autre avis diffèrent. Il s’était particulièrement impliqué dans tout ce qui touchait l’environnement de Giverny et la qualité de vie de ses habitants, il avait participé activement à l’élaboration de notre plaquette annuelle nous faisant bénéficier de ses importantes connaissances professionnelles et historiques. La rénovation de l’Eglise lui avait grandement tenu à coeur. Tous ceux qui l’ont fréquenté ont pu découvrir chez lui sa sensibilité, sa grande culture, il était également un mélomane averti. Entouré de beaucoup d’entre vous, ses obsèques religieuses ont eu lieu le 21 mars dernier, dans l’église Sainte Radegonde où il aimait venir, et près de laquelle il repose.

 


 

Mairie de Giverny
7 rue Blanche Hoschedé-Monet – 27620 GIVERNY
Tel : 02 32 51 28 22 – Fax : 02 32 51 72 79
mairie-giverny@wanadoo.fr
www.giverny.fr
Heures d’ouverture :
Lundi : 10h à 12h – Jeudi : 17h à 19h – Samedi : 10h à 12h

transports scolaires
ECOS – tél : 02 32 69 49 69

ordures ménagères
CAPE – tél : 0800 508 104

Paroisse Saint Nicaise du Vexin Normand

(sauf indications ponctuelles
sur le panneau d’affichage à l’entrée de l’église)

Messe hebdomadaire à 18 heures, tous les jeudis soir
dans l’église Sainte Radegonde de Giverny
notamment d’avril à octobre
dans le cadre de la pastorale du tourisme.
Messe du dimanche à Giverny : 9 heures tous les deux mois.
Baptême ou Mariage, s’adresser au secrétariat de la paroisse,
presbytère d’Ecos
tél : 02 32 52 01 49